Liu Bolin est un artiste performeur chinois, diplômé en sculpture et spécialiste mondial… en camouflage.

Sans trucage ni retouche mais grâce à un travail d’une minutie sidérante, Bolin se fond littéralement dans le décors.

Forêt, supermarché, cinéma, monuments historiques, murs, tas de charbon, tracteur dans un terrain vague: quelques soient les ambiances, les couleurs, les lumières, les matières, Bolin se peint… et disparaît.

Depuis plusieurs années, il poursuit sa série Hiding in the city. Et c’est tant mieux, car le résultat est toujours aussi stupéfiant…

Ses photos ont été beaucoup montrées, notamment dans les foires d’Art contemporain qui adorent laisser place aux artistes actuels chinois, surtout quand leur travail dénonce quelque chose de leur pays d’origine….

Sa première photo “camouflage”, Bolin l’a faite devant son atelier qui venait d’être détruit par les autorités, en 2005. Depuis il continue de se (faire) peindre -il a bien sûr des assistants pour l’aider- et photographier à travers le monde. Y compris devant les murs de propagandes et les prisons chinoises.

L’homme devenu invisible dans la ville, l’environnement prenant possession du corps, le vertige engendré, la critique de la surconsommation, du tourisme de masse, des inégalités: le travail du performeur, originaire du Shandong est hautement subversif. Et pourtant pas dénué d’une certaine poésie…



Bolin a transformé son corps en beaucoup d’autres sites et bâtiment à Paris, New York, en Italie… Quelques uns de ses récents travaux seront visibles en juillet à Paris, à la galerie Paris-Beijing.

À ceux qui aiment poser sur leurs photos de vacances mais craignent de dénaturer le paysage, vous connaissez maintenant la solution: quelques pots de peinture, des collègues motivés… et pas mal de patience.

 

 

+ le site de l’agent de Liu Bolin: Eli Klein