Leica va bien ! Après la sortie du Monochrome (que nous avions testé pour vous peu après son annonce), voici le successeur du M8 et M9 : le “M”… tout simplement. Que nous avons testé en profondeur pour vous !

…………………………

Joie : Leica France nous a confié un des premiers exemplaires du Leica M (annonce / fiche) pendant une une dizaine de jours et nous avons mis le M à l’épreuve dans des situations variées.

Nous avons opté pour un test “grandeur-nature-dans-la-vrai-vie-réelle” au fil de balades et de soirées. Pour des tests de type “mires et benchmarks”, n’hésitez pas à aller jeter un œil chez photozone et DxoMark.

Nous allons forcément comparer ce nouveau boîtier au M9 (son prédécesseur), annoncé il y a 4 ans et qui reste un boîtier performant et d’un confort d’utilisation rare, mais clairement dépassé dans les situation de faible lumière face aux bêtes de course nippones.

Les possesseurs de M9 – et ses détracteurs – attendaient avec impatience une mise à jour avec un capteur moderne, tout en conservant les avantages du boîtier télémétrique. Nous allons voir si le M répond à ces attentes !

…………………………

Construction / améliorations

Pas de surprises, c’est toujours beau et solide comme un (beau) tank russe! Le M reste également le plus compact des boîtiers plein format à objectifs interchangeables (même si il a pris un tout petit peu d’embonpoint) et son ergonomie – enrichie – toujours aussi efficace.

Le viseur profite ainsi de quelques innovations apparues sur le M9 Titanium : l’affichage des cadres est maintenant effectué par un éclairage intégré (rouge ou blanc à intensité réglable ou automatique) très confortable.

Le levier de sélection des cadres sur la face avant disparaît et ceux-ci sont activés lorsque l’optique est montée.

En échange, deux touches apparaissent : Un bouton dédié vidéo sur le dessus du boitier et un bouton de fonction en façade.

Autres modifications ?

Une pièce (non amovible) en plastique à été ajoutée dans la semelle pour permettre l’utilisation de carte SD transmettant leurs données en wifi.

Le gainage en simili cuir se montre lui très fin et sa matière semble un peu plus “antidérapante” que la Vulcanite utilisée sur le M9.

La prise USB sur le coté de l’appareil avec son capot plastique disgracieux a enfin disparu !

 

On retrouve cependant les organes habituels pour les réglages de l’appareil (molette des vitesses, interrupteur de mise sous tension, …). La molette rotative du M9 a été déplacée au niveau du pouce et se révèle bien plus pratique lors de la navigation dans les menus ou pour zoomer à l’écran lors de la lecture d’image ou lors de la mise au point en focus peaking.

Quand à l’écran arrière, il se montre ENFIN digne d’un appareil de cette gamme :  grand, précis, lumineux et contrasté : un régal. On oublie très vite celui du M9, et lors des shoots comparatifs, ça pique un peu les yeux… ;)

 

Globalement la sensation de solidité est même renforcée et le design aussi semble plus durable.

On a noter rapidement que le silence lors du déclenchement a aussi été un peu amélioré : Les obturateurs des Leica M ont toujours été une référence pour leur bruit ferme et faible (la légende veut qu’à l’époque argentique, seuls les photographes équipés en Leica étaient autorisés à faire des prises de vue sur les plateau de ciné, lors des enregistrement de musique ou les concerts classiques). Avec le M, on descend encore un cran en dessous de ce à quoi on est habitués sur le M9.

Enfin, les premiers clichés confirment qu’une très nette amélioration a été apportée à la mesure de lumière et à l’appréciation de la balance des blancs. Leica a développé un nouveau mode matriciel qui se révèle très efficace (il reste la possibilité de revenir au mode mesure classique).

…………………………

Performances en basse lumière

… Alias LE point qui intéresse la majorité d’entre vous pour cet appareil ! Pour vous faire une idée de la différence entre le M9 et le M, les 2 images suivantes ont été prises à 2500 isos. Globalement, ce qui est agréable, c’est que le bruit dégrade beaucoup moins l’image sur le M, mais surtout continue d’avoir cet aspect organique qui avait fait le succès du rendu des M8/M9.

M…

… M9.

Sur les images suivantes prises à 3200 ISO, vous pouvez apprécier la quantité de détails alors que bruit reste plutôt réduit. (cliquez pour la version en pleine résolution)

 

un crop 100% :

La scène suivante à été photographiée à diverses sensibilités (merci Jules !) :

La montée en bruit reste vraiment correcte jusqu’à 1600-2500 isos.

100200

 

Le M, sans atteindre encore au niveau des meilleurs reflex modernes, capables prouesses même à 6400 isos, montre des progrès très clairs : Le grain est net, la plage de sensibilité du M se montre satisfaisante pour la majorité des situations. N’oublions pas que le M9 était limité à 2500 ISO…

…………………………

Live View et mode vidéo

Grande nouveauté sur un boitier aussi traditionnel, le “Live View”, pourtant présent dans 100% des appareils du marché : dans le cas du M, ce dernier servira surtout lors de l’enregistrement de vidéos ou lors de l’utilisation d’optiques un peu exotiques (très grand angles, objectifs non couplés au télémètre, …), mais son fonctionnement reste des plus simples : Le boitier détecte lorsqu’on actionne la bague de mise au point, et on peut alors zoomer sur la zone centrale en utilisant la molette au pouce.

Le mode vidéo du M a été une certaine surprise pour le public auquel se destine un leica M, même si beaucoup l’avaient évoqué avant l’annonce officielle. Si nous étions assez dubitatifs, ce mode vidéo du M est en pratique une réussite - et la qualité exceptionnelle des objectifs montés sur le boitier y est pour beaucoup.

La vidéo est peu compressée et facile à intégrer dans un logiciel de montage. On pourra toujours faire mieux en utilisant un matériel pro, mais le M est un très bon outil pour de petites et moyennes productions, ou même du reportage vu le faible encombrement de l’appareil !

Nous avons d’ailleurs tourné un petit clip, l’habitude de l’ergonomie des boitier M et le faible encombrement ont permis de se concentrer sur le tournage : ce clip a été réalisé en moins de 2 heures!

Habitués à tourner avec des reflex Canon, nous avons été vraiment très surpris par les performances de la mesure de lumière et par la propreté de l’image en sortie, qui présente peu de “flickering” et autres “jello”.

…………………………

Conclusion

Si le M9 reste un appareil hors du commun, il n’est plus à la hauteur dans les situations de faible luminosité. Le M, sans être du niveau de performances des ténors du genre en terme d’ISO, s’en sors beaucoup mieux que le M9 et c’est la son premier pari réussi.

La nouvelle plage de sensibilité du M permet de faire des photos en toutes circonstances, sans avoir à s’inquiéter de la montée du bruit ! Nous nous sommes surpris à l’utiliser en soirée principalement en mode isos auto (bloqué à 3200) et ne plus trop nous en inquiéter. Avec une optique lumineuse, on peut sérieusement produire des portraits quasiment sans lumière artificielle.

Avec d’autres raffinements ergonomiques, une image toujours aussi belle et un mode vidéo très prometteur, ce M comble toutes les lacunes du M9 et oui, Leica nous propose enfin un appareil numérique complètement mature.

On a aimé

  • + La sensibilité améliorée
  • + La solidité, la finition, le feeling
  • + Le boitier M télémetrique
  • + Le mode vidéo pas “gadget”

On a moins aimé

  • - la légere latence au démarrage
  • - le tarif, déjà élevé, à la hausse

…………………………

+ Galerie des photos réalisées pendant l’essai.

+ La fiche du Leica M sur le wiki Lense.