Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Microsoft Surface Studio : l’iMac augmenté

En lançant ses propres machines Microsoft attaque Apple en frontal. D’abord les MacBook Pro avec la Surface Book, et maintenant les iMac avec la Surface Studio.

Alors qu’Apple vient de dévoiler son iMac Pro, un modèle survitaminé pour les créatifs exigeants qui arrivera à la fin de l’année 2017, Microsoft commercialise aujourd’hui sa station de travail Surface Studio. Une machine qui lorgne clairement sur les plate-bandes de son concurrents : photographes, retoucheurs, monteurs, designers, architectes et autres créatifs en tout genre.

De la verticale à l’horizontale et vice-versa

Pour ce tout-en-un, il est indéniable que Microsoft s’inspire d’Apple. L’accent a été mis sur le design et l’ergonomie. L’écran tactile PixelSense de 28 pouces d’une définition de 4 500 x 3 000 pixels est relié au socle via un système de charnière souple et ferme. Ce dernier permet à l’utilisateur de basculer l’écran de la verticale à la quasi horizontale (20°) pour l’utiliser comme une table à dessin. On retrouve le concept de palette graphique associé à un écran comme la gamme Cintiq de Wacom. Mais ici cet écran / palette intègre aussi un ordinateur complet avec sa puissance de calcul.

La Surface Studio vient donc livrée avec le Surface Pen, le stylet qui accompagne déjà les autres Surface (Surface Pro et Surface Book). Ce modèle offre une sensibilité de 1 024 niveaux de pression. Le constructeur annonce un modèle prenant en compte l’inclinaison pour la fin de l’année.

Le Surface Dial, proposé en option, vient compléter « l’expérience ergonomique ». A la façon d’un jog-shuttle (à base de clics et de rotations), il donne accès accès à des fonctions, des outils et vient se substituer aux raccourcis claviers.

Des configurations musclées

Sans aller dans la démesure de l’iMac Pro,  les configurations de la Surface Studio s’avèrent sérieuses et de bonnes tenues. Au nombre de trois elles exploitent des processeurs Intel Core i5 ou i7, de 8 à 32 Go de mémoire vive (RAM), un système de stockage « hybride » (de la mémoire flash associée à un classique disque dur mécanique) de 1 ou 2 To et une solution graphique Nvidia GeForce GTX (965M avec 3 GO de GDDR5 ou 980M avec 4 Go de GDDR5 4 Go).

Si Microsoft améliore le concept de l’iMac, notamment avec la présence de l’écran tactile, il en reprend aussi certains défauts. Comme sur la machine à la pomme, la connectique se trouve déporté à l’arrière ! C’est d’autant plus dommage que les bords du pied de la Surface Studio auraient facilement pu accueillir une partie de la connectique et la rendre plus accessible. Elle se compose de 4 port USB 3.0, d’un port DisplayPort  (en sortie seulement), une sortie audio et d’un lecteur de cartes mémoire SD. La partie sans-fil propose Wi-Fi ac et Bluetooth 4.0.

La dalle de 28 pouces de la Surface Studio occupe un volume de 63,735 x 43,89 x 1,14 cm. Comptez 25 x 22 x 3,22 cm pour la base. Le tout affiche un tout petit peu moins de 10 kg sur la balance.

Mis en vente aujourd’hui, le premier modèle (Core i5, 8 Go de RAM, 1 To et Nvidia GeForce GTX 965M 2 Go) à 3 549 euros s’affiche en rupture sur le site de Microsoft. Les deux modèles plus puissants à base de Core i7 avec 1 To, 16 Gode RAM  et la Nvidia GeForce GTX 965M 2 Go et 2 To, 32 Go de RAM et la Nvidia GeForce GTX 980M 4 Go sont disponibles et respectivement vendus 4 149 euros et 4 999 euros.

Source : Microsoft

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur