Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Antoine D’Agata et Francis Bacon se rencontrent dans un livre

Antoine D’Agata et Francis Bacon se rencontrent dans le nouveau volume édité par The Eyes Publishing. Un parallèle entre deux mondes qui ne cessent de se nourrir et de se réévoquer. (Photo d’ouverture : © Antoine D’Agata / Magnum Photo)

Le photographe Antoine D’Agata et le peintre Francis Bacon se rencontrent dans un nouveau double livre mettant en avant les parallèles qui unissent leurs œuvres. Ce volume édité par The Eyes Publishing contient 27 photos de D’Agata et 25 peintures de Bacon en créant un lien entre le travail contemporain du premier et le style expressionniste du deuxième. Chose inédite, les deux livres reliés ensemble se consultent côte à côte afin d’admirer les parallèles entre ces univers visuels. Le texte, bilingue français-anglais, se lit à part de sorte à ne pas interférer avec l’expérience visuelle.

© Antoine D’Agata / Magnum Photo

Antoine d’Agata est un photographe qui vit à la limite. Il s’immerge dans ses univers personnels, faits de chair, de sexualité, de fêtes sombres. Il transforme la réalité à l’aide du temps, et nous montre des faits, des évènements, des textures mélangées ou des couleurs diffuses qui façonnent des formes humaines qui se perdent. On perçoit dans certaines œuvres de Francis Bacon des similitudes avec les photographies de d’Agata, les mêmes mondes pleins de clair-obscur, de hauts et de bas continus vers les zones d’ombre de l’être humain, et cette tentative d’allonger le moment d’allégresse ou de solitude.

© Antoine D’Agata / Magnum Photo

Alors que D’Agata revendique l’animalité au sein de ses photographies érotiques, le peintre déforme les corps jusqu’à les déshumaniser. Sortir de l’humain, tel est le propos de ces deux artistes. Chez D’Agata, l’homme et l’œuvre luttent pour exister. Une lutte chromatique qui n’est pas sans rappeler les couleurs de Francis Bacon dont on retrouve aussi les chairs déformées, comme écartelées-évaporées.

© Antoine D’Agata / Magnum Photo

Après un ouvrage consacré aux correspondances entre les portraits des photographes Nan Goldin et Julia Margaret Cameron avec l’historien et collectionneur Marwan T. Assaf, dans ce deuxième volume, The Eyes Publishing propose une rencontre entre les œuvres d’Antoine d’Agata et Francis Bacon avec la participation de l’autrice Perrine Le Querrec, de la critique d’art Léa Bismuth et du galeriste Bruno Sabatier.

« La première exposition de peintre que j’ai visitée est une rétrospective de Bacon au MoMA en 1989. Ce fut un choc dont je ne me suis toujours pas remis. » explique D’Agata, en résumant la cohérence de son œuvre avec l’univers puissant du maître expressionniste.

© Antoine D’Agata / Magnum Photo

Le résultat est un volume luxueux, rétrospective commune du peintre et du photographe, un dialogue qui dépasse la frontière du temps et se fait dans le langage de l’expression créative.

Source : The Eyes

commentaire

Ajouter le vôtre
Il y a 4 mois et 1 semaine

bonjour,
content de voir qu’Antoine d’Agata fait parler de lui avec VIRUS, et aussi BACON, par contre je ne suis pas d’accord avec ce qui est énoncé  » de fêtes sombres  » ce ‘est pas le cas dans ces livres, enfin ceux que je connais…

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser