Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Chauffeur de taxi et photographe, Joseph Rodriguez illustre les rues de New-York dans les eighties

Joseph Rodriguez, chauffeur de taxi et photographe, nous plonge dans les rues de New-York dans les eighties avec le livre Taxi : Journey Through My Windows 1977-1987. (Photo d’ouverture : Joseph Rodriguez Série TAXI, Famille allant à l’église, un dimanche matin, NYC 1984 © Joseph Rodriguez, Galerie Bene Taschen)

Dans le New-York des années 1970-1980, le chauffeur de taxi Joseph Rodriguez photographie la rue à travers sa fenêtre. C’est comme cela qu’il commence sa carrière de photographe, en immortalisant la Grosse Pomme par les yeux d’un travailleur arpentant la ville toute la journée. Taxi : Journey Through My Windows 1977-1987, publié par powerHouseBook, nous ramène 30 ans en arrière à la découverte de la métropole la plus rayonnante du siècle dernier.

Joseph Rodriguez TAXI Series, A panhandler at Bowery and Houston, East Village, NYC 1984
© Joseph Rodriguez courtesy Galerie Bene Taschen

De Manhattan au Bronx, du New Jersey à Brooklyn, de Staten Island au Queens, Rodriguez saisit les instants de vie les plus significatifs, drôles, insolites en faisant preuve d’un sens de l’observation surfin. Dans ses périples de « flâneur » en voiture, il ne néglige pas les côtés les plus sombres de la vie métropolitaine, en portant un regard juste sur la misère de certains quartiers, sur les discriminations dans l’espace public, sur la condition de celles et ceux qui vivent sur les trottoirs. Sa route est toujours imprévisible et ses rencontres aussi.

Des prostituées attendant leurs clients, des sans-abris, des marginalisés, le tout avec en fond les façades d’une ville qui vit un développement économique fou tout en laissant certains et certaines à la traine :  Taxi : Journey Through My Windows 1977-1987 est une étude anthropologique et sociologique spontanée et sans filtres. Le chauffeur ne se limite pas à immortaliser ce qu’il voit à travers ses fenêtres mais il tire aussi parfois le portraits de ses voyageurs, en en dévoilant les origines, histoires et trajectoires différentes.

Joseph Rodriguez TAXI Series, East Village NY 1984 © Joseph Rodriguez courtesy Galerie Bene Taschen

Parmi les endroits les plus intéressants à photographier, Rodriguez arpente les sorties de boîte de nuit, en accueillant dans son véhicule les clubbeurs les plus acharnés de locaux comme le Hellfire, le Mineshaft, l’Anvil, le Vault et le Show World. Des prostituées terminant leur service, des Drag Queens et des personnes pratiquant la culture S&M qui s’amusent sur la banquette arrière ou qui réussissent à changer de costume de façon improbable pour sortir du taxi prêts à affronter leur famille et leurs amis alors qu’ils reviennent dans le monde normatif, au fur et à mesure qu’ils quittent les lieux les plus libres et underground de la ville.

Comme dans le film Taxi Driver de 1976, Rodriguez capture dans ses images la vie trépidante de la ville de New York. Les photographies témoignent également de l’aura fascinante des chauffeurs de taxi, personnages iconique de la métropole, qui utilisent leurs voitures comme des postes d’observation silencieux. Les images de Rodriguez transmettent la complexité émotionnelle des personnes qu’il rencontre et servent de sténopé pour les histoires et les idées notées dans son journal.

Joseph Rodriguez Meatpacking District, Greenwich Village, 1984 © Joseph Rodriguez courtesy Galerie Bene Taschen

Pour Rodriguez, qui se décrivait lui-même comme un toxicomane et un criminel, la photographie a sauvé sa vie. Le projet de rapport sur les difficultés économiques a fourni des fonds pour soutenir le travail de Rodriguez.

Pour acheter le livre Taxi : Journey Through My Windows 1977-1987, consultez le site de Joseph Rodriguez

Source : powerHouseBook


commentaire

Ajouter le vôtre
Il y a 6 mois et 3 semaines

Exactly what I needed! You just saved me several hours. Thanks!

https://www.mybalancenow.buzz/

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser