Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Guy Tillim à la Fondation Cartier-Bresson

La Fondation Henri-Cartier Bresson expose Guy Tillim, prix HCB 2017 pour son travail sur le post-colonialisme. Du 26 février au 2 juin. (Photo d’ouverture : © Guy Tillim)

Après la première exposition dans ses nouveaux espaces (au 79 rue des archives), celle de Martine Franck, ayant reçu plus de 25 000 visiteurs, la Fondation Henri Cartier-Bresson invite Guy Tillim, gagnant du Prix HCB. Du 27 février au 2 juin deux expositions auront donc lieu : l’une consacrée au Cartier-Bresson d’avant la guerre, qui parcourait la France en quête d’images gaies du quotidien, et l’autre à Tillim, dont les balades sont moins insouciantes, car elles explorent les traces du colonialisme dans les villes d’Afrique.

© Guy Tillim

Lauréat du prix HCB 2017, attribué grâce au soutien de la Fondation d’entreprise Hermès, le sud-africain Guy Tillim (né en 1962) s’est en effet attaché, avec cette nouvelle série Museum of the Revolution, à observer les effets de la décolonisation dans les grandes capitales africaines. Les rues sont un musée à ciel ouvert. Nommées, puis renommées, elles sont les témoins de deux grandes révolutions survenues dans ces pays : d’abord le colonialisme, puis le post-colonialisme, les gouvernements d’inspiration socialiste et leur échec en faveur d’un nationalisme et la montée des régimes capitalistes.

Guy Tillim raconte, au sujet de l’histoire de sa série : « Ces photographies ont été prises au cours de longues déambulations dans les rues des grandes villes africaines entre 2014 et 2018 : Johannesbourg, Durban, Maputo, Beira, Harare, Nairobi, Kampala, Addis-Abeba, Luanda, Libreville, Accra, Abidjan, Dakar et Dar es Salaam. La série tire son nom du Museum of the Revolution, situé sur l’Avenida 24 Julho [l’avenue du 24-Juillet] à Maputo, capitale du Mozambique. L’avenue a été baptisée ainsi juste après l’établissement de la ville de Lourenço Marques comme capitale de la colonie portugaise. »

© Guy Tillim

Et il rajoute que le sens de ce nom a aujourd’hui totalement changé. « Cent ans après, le nom de l’avenue est resté le même, mais son sens a totalement changé. L’indépendance du Mozambique fut proclamée le 25 juin 1975 ; la capitale fut renommée Maputo et, aujourd’hui, le 24 juillet est devenu le Jour de la Nationalisation, qui célèbre le transfert de propriété de toutes les terres et bâtiments portugais à l’État. »

Une métaphore riche de sens, qui résume bien la démarche de ce documentariste à cheval entre l’Histoire, le reportage et le roman visuel. D’après les mots de Clément Chéroux, membre du jury du prix HCB, « Guy Tillim s’intéresse ici à l’espace urbain comme à une zone d’inscription où transparaissent les traces du passé colonial et où s’affirment les nouvelles orientations politiques. Tillim fait partie de la génération de l’après David Goldblatt qui a profondément marqué la scène photographique sud-africaine des années 1990 et 2000. »

Du 26 février au 2 juin 2019.

Source : Fondation Henri Cartier-Bresson

 

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur