Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

« Kiss the past hello » de Larry Clark

« Afin de respecter l’intégrité de l’œuvre de l’artiste tout en protégeant le jeune public, cette exposition est interdite au moins de 18 ans »

Ceci est la phrase finale de la biographie de Larry Clark, qui nous présente actuellement au MAM une rétrospective exceptionnelle de son œuvre photographique : 200 clichés étalés sur 50 années.

Et vous l’aurez sûrement (un peu trop) vu et lu dans les médias : une exposition sur les adolescents, interdite au moins de 18 ans… WTF diraient ces derniers !

…………………………

Si nous connaissons plutôt M. Clark, 67 ans, comme réalisateur de films controversés (“Kids”, “Bully”, “Another day in paradise”…), il est d’abord et surtout photographe depuis toujours.

Pendant le tournage de « Kids » Larry Clark et Justin Pierce, acteur amateur
(qui s’est suicidé 6 ans plus tard)

Assistant photo de sa mère dès l’âge de 14 ans en Oklahoma, (Frances Clark, dont certaines photos de nouveaux nés que Larry devait faire sourire, ouvrent l’exposition)
il tirera de cette expérience une vraie familiarité avec la photographie et un profond rejet des artifices inutiles.

Car les photos de Larry Clark respirent le granuleux et le reportage brutal.
Il commence par photographier dans les années 70 ses potes : adolescents hippies, paumés, et drogués au fin fond de Tulsa, sa ville natale. Sexe, drogue, limites de la jeunesse poussées à l’extrême.
Un mélange de réalité tragique qui contre-balance avec l’image épurée et « parfaite » de l’Amérique de l’époque. Il fera alors de l’adolescent en quête d’identité le principal sujet de son œuvre.

Cette rétrospective nous offre le témoignage visuel de 3 générations d’une Jeunesse en perte de repère(s).
Ses séries “Teenage Lust”, “1992”, “Punk Picasso”, toujours issues de la culture de la rue et du rock, affirment son regard acéré sur la marginalité que l’Amérique ne veut toujours pas voir.

Au fil des salles, nous suivons donc les instants de vie de jeunes gens, garçons et filles qui expérimentent la drogue, le sexe, les armes à feu. Parmi ces modèles, une fille se détache : sa fiancée Tiffany Limos, actrice centrale de “Ken Park”, principalement photographiée en couleur. Des couleurs chaudes, presque saturées, de la pure Vivid Colors ! Rayonnante.

Puis une façade entière est consacrée aux skateurs, acteurs amateurs de “Kids”. (film qui révélera entre autres au public les actrices Chloé SévignyRosario Dawson ainsi que le scénariste et réalisateur Harmony Korine). Reportages sur ces jeunes gueules aux traits fins, mais aux regards si adultes et chargés de vécu déjà. Percutant.

Des dizaines de photos agrafées directement au mur nous dévoilent les tribulations d’un ado qu’il suivra sur quelques années. Troublant.

Un cadre entier de photos découpées, d’articles, de kleenex, de poils, de stickers telle une façade à souvenirs chargées d’informations diverses. Déroutant.

On ferme le cercle avec sa dernière série réalisée entre 2003 et 2006, autour de Jonathan Velasquez, son personnage fétiche de “Wassup Rockers”. Touchant.

Ce qui nous fascine et nous rebute à la fois dans le travail de Clark, c’est cette réalité sans artifice avec laquelle il témoigne de cette période charnière, mêlée de difficultés et de doutes que nous avons tous vécu, l’Adolescence. Car oui, même s’il s’attache à une jeunesse underground, trash, perdue et venant de milieux défavorisés, ces scènes de vies nous ramènent (in)directement à nous tous, spectateurs.

Les potes, les filles, les garçons, le sexe, la drogue, l’alcool, la rue, le skate… Cette beauté de la jeunesse au naturel, les expériences extrêmes, les flingues, la masturbation, l’autodestruction… Son œuvre entière transpire au final un véritable hymne à la vie.
On repousse les limites, on se teste, on expérimente et surtout, on se sent vivant.
Hymne qui nous trotte furieusement en tête en ressortant de cette rétrospective unique.

Dois-je encore vous convaincre d’y aller ?

…………………………

Larry Clark
Kiss the past hello

Musée d’Art Moderne de Paris
11 avenue du Président Wilson, 75016 Paris
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h.

Et n’oubliez pas votre pièce d’identité…

commentaires

Ajouter le vôtre
Il y a 12 ans et 3 mois

C’est un peu la réaction interne que j’ai eu en apprenant cette censure de la Mairie de Paris.
Dans une interview, Larry Clark espérait et voyait bien les adolescents français underground manifester devant le MAM pour forcer l’entrée. J’y ai cru. Je n’ai rien vu.

Il y a 12 ans et 3 mois

Je trouve ça scandaleux de, ne serais-ce que, penser à restreindre le public d’une exposition photographique ! La censure n’est pas la solution et de toute façon la télévision et autres médias offrent aux enfants des images beaucoup plus choquantes que la nudité et la sexualité !!!!! L’art DOIT etre accessible à tous et l’interdire à une certaine partie de la population est tout simplement synonyme de nazisme ! Nos enfants sont, dans l’ensemble, de moins en moins cultivés, ne restreignez pas ENCORE PLUS leur champ de connaissances !! Déçu de la réaction de la Mairie de Paris … En effet qu’un Peintre Tel que Gustave Courbet Peintre de  » L’origine du monde  » a le droit d’etre exposé alors que des Photos d’adolescent nu en train de se droguer ou encore en possession d’armes choc ???? L’art n’est il pas un moyen d’expression et d’information . S’opposer a cette rétrospective n’est qu’un moyen d’ignorer le monde dans lequel tout les gens évoluent .

Pix
Il y a 12 ans et 4 mois

Pareil, c’est prévu.

Il y a 12 ans et 4 mois

trop envie d’y aller mais malheureusement, plus sur paris. 🙁

Il y a 12 ans et 4 mois

Oups… J’ai pas fait gaffe qu’on était déjà le 11 octobre. Donc, c’était déjà mort. ^^ »

Il y a 12 ans et 4 mois

Ca a l’air sympa. En cherchant des infos sur l’expo, je suis tombé sur des trucs qui pourraient en intéresser certains :

« Rencontre avec Larry Clark le 8 octobre au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. »

« Rétrospective des films de Larry Clark, en sa présence, à la Cinémathèque française, du 8 au 10 octobre. Leçon de cinéma le 9 octobre.  »

Sinon l’expo est du 8 Octobre 2010 au 11 Janvier 2011. Et le plein tarif à 5€.

[…] Ce billet était mentionné sur Twitter par Lâm HUA, lense, remic, Shkan, Flo Garko et des autres. Flo Garko a dit: RT @lensefr: Nous sommes allés à l'expo "controversée" de Larry Clark. Impressions et avis – http://bit.ly/cpqAOV […]

Tam
Il y a 12 ans et 4 mois

J’irai, c’est sûr !

Il y a 12 ans et 4 mois

Miam !

Il y a 12 ans et 4 mois

Miam Miam. On se fait une sortie cette semaine pour aller voir cette retro ?

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser