Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

La photo argentique : principe (1/3)

On vous l’avait annoncé ici, nous allons enfin consacrer une série d’articles à la photo argentique !

Il va falloir se faire une raison, la mort de l’argentique a été annoncée maintes fois, mais de nombreux irréductibles résistent encore et toujours à l’envahisseur numérique…

Pour commencer notre série d’article sur la photo argentique, et pour garder nos bonnes habitudes, nous allons faire un peu d’histoire et revoir les principes fondamentaux de la photographie en commençant par :

La Camera Obscura

Evitons de faire trop long et trop technique,  si vous voulez entrer dans les détails  je vous renvoie vers l’article du wikipedia. Le principal c’est de comprendre le phénomène qui permet de former une image sur une surface dans une boite étanche à la lumière percée d’un trou, c’est exactement le même principe qui forme les images dans vos yeux (ça vous épate pas de vous dire que l’image qui se forme dans votre œil est inversée et que nos cerveaux sont habitués?) :

Ce principe peut même être observé à l’échelle d’une pièce :


(d’autres exemples sur flickr)

Si je vous parle de ce phénomène c’est parcequ’il permet aussi de former les images dans votre appareil photo, la lentille remplace le simple trou de la camera obscura et permet de focaliser les rayons lumineux pour laisser entrer plus de lumière. Certains peintres ont utilisé cette technique pour tracer les contours de leurs sujet ou de paysages avant de peindre par dessus (comme Vermeer par exemple).

Bon la peinture c’est chouette, mais il fallait trouver un moyen de rendre le procédé plus simple, plus fidèle, et instantané.
En partant du principe qu’on désire « enregistrer » l’image qui se forme à l’intérieur de la boite, la solution est de faire en sorte que la surface sur laquelle se forme l’image soit sensible à la lumière… Avec ses expérimentations Joseph Nicéphore Niepce est le premier à avoir réussit à prendre une  photographie en utilisant une émulsion photosensible à base de bitume de Judée qui durcit à la lumière (comme votre peau qui brunit au soleil sauf à l’endroit ou est votre montre ou votre alliance). Les débuts de la photographie sont d’ailleurs assez hasardeux et de nombreux intervenants ont tentés de s’aproprier la paternité de la photographie. Si cela vous intéresse, vous pouvez lire la « Petite histoire de la photographie » par W. Benjamin et «The quest of Joseph Hamel to find the real inventor of Photography» par S. Plantureux.

Le temps de pose pour cette image est d’environ 14-18 heures car l’émulsion utilisée est peu sensible à la lumière. (vous remarquerez que le soleil a eu le temps d’éclairer les faces des 2 tours à  droite et à gauche).

Dans ces conditions, on peut difficilement prendre le portrait de quelqu’un en espérant qu’il ne bouge pas pendant 18 heures d’affilé…

Les travaux des pionniers de la photos ont donc principalement consisté à créer des surface plus sensibles et une grande avancée a été permise par l’utilisation de cristaux d’argent.
Cristaux d’argent … voilà pourquoi on parle de photo argentique !

Les cristaux d’argent (déposés dans le noir sur le support) sont activés lorsqu’ils sont exposés à la lumière. Ensuite par un traitement chimique, ils sont révélés pour apparaitre sur le support, et enfin le support est fixé, pour ne plus être sensible à la lumière (révélateur, fixateur, … on avance  si vous voyez ou je veux en venir 🙂

Les Supports

Les supports sur lesquels peuvent être appliqués les cristaux d’argent sont variés. Initialement on utilisait des plaques de verre de grand format, leur manipulation n’était pas évidente, elles étaient difficiles à transporter à cause de leur poids et de leur fragilité. La solution, c’est un monsieur dont vous avez tous entendu parler, qui l’a trouvée. En appliquant une émulsion photosensible sur un film souple en celluloid, George Eastman invente la pellicule !
…  Eastman, ça ne vous dit rien?
…  Eastman/Kodak peut être ?
Et oui! Il ne s’était pas contenté d’inventer la pellicule souple, il a aussi créé un appareil compact qui contenait cette pellicule et que le client renvoyait chez le fabricant pour qu’il soit développé, il récupérait alors son appareil chargé d’une nouvelle pellicule, prêt à photographier. (… il n’aurait pas aussi inventé le jetable? 😉
Il ne manquait plus qu’un dernier raffinement pour que la photo soit une réelle reproduction de la réalité :

La Couleur

La couleur apparait assez tôt grâce à la trichromie, il s’agit d’une technique qui permet de reproduire des photos en couleur en prenant 3 photos successives sensibles au Rouge, au Vert et au Bleu (RVB…? tiens tiens…), mais ce procédé est complexe et ne permet pas de prendre des photos instantanées. Heureusement arrive rapidement le procédé « autochrome » inventé par les frères Lumière (pourtant bien plus célèbres pour leur invention du cinématographe) en 1903 !
J’ai vu l’année dernière ces images de soldats partant de Paris pour les fronts de la première guerre mondiale lors de l’exposition « Paris en couleur »  et je peux vous assurer que pour l’époque, ces images sont vraiment très impressionnantes !


Porte de Saint-Cloud, 16e arr., 30 avril 1920. Frédéric Gadmer

Pour ceux que ça intéresse, il y a une exposition permanente d’autochromes du début du siècle, prise dans le monde entier au Musée Albert Kahn.

On va conclure sur cette touche colorée car on a décidé de séparer ce thème « Argentique » en trois partie. Dans la 2e partie, nous parlerons en particulier des boitiers argentiques et des différents formats de films qu’ils exploitent. A très vite !

– Update –

Je mets ici quelques bonnes adresses et conseils suggerés en commentaires :

Pour info (enfin, surtout pour l’anecdote), Joseph Nicéphore Niepce s’est intéressé à la photographie parce qu’il pressentait que ca lui rapporterait assez d’argent pour développer ce qui l’intéressait vraiment : la machine à vapeur.
C’est assez rigolo comme anecdote je trouve 🙂 (thx P’ti Loïc)

Si vous allez au musée albert kahn vous pourrez découvrir tout le procédé de l’autochrome au premier étage du musée c’est passionnant. (thx leafar)

Pour les non-parisiens qui veulent découvrir des autochromes (les lyonnais par exemple) y en a aussi au Musée Lumière (à Lyon donc) http://www.institut-lumiere.org/ (thx jahzz)

Pour aller plus loin sur la trichromie, il y a Henri Gaud qui a un site dédié au procédé http://trichromie.free.fr/trichromie/ (thx jahzz)

commentaires

Ajouter le vôtre

[…] Lense.fr / Improve : La photo argentique (1/3) […]

[…] en France (1843-1860) (infos ici),  qui sera un très bon accompagnement au premier article sur la photo argentique (la fin de la série arrive prochainement […]

Il y a 7 ans et 5 mois

Un site qui s’interresse encore à l’argentique, c’est formidable, bravo et longue vie.
Alan

[…] série sur la photo argentique! (Pour ceux qui prennent en cours de route, le premier article est là) Comme il existe une multitude de formats de films (et de boitiers permettant de les exploiter), on […]

Il y a 7 ans et 8 mois

C’est impressionnant les pièces sténopé ! Je n’arrive pas a comprendre comment l’image s’affiche…j’ai saisi que la lumière ne passait que par un minuscule trou (seule source de lumière dans la pièce) mais l’image s’affiche sur le mur comme ça « comme par magie »? dirais-je, même si je me doute que c’est avant tout de la science.

Il y a 7 ans et 8 mois

Je viens de faire une mise à jour. Merci pour vos commentaires !

Il y a 7 ans et 8 mois

yeeesss super article !!!! o/

juste concernant la trichromie (prendre des photos en NB et en les filtrant pour ensuite avoir une photo couleur) il a existé des appareils qui permettaient de prendre des instantanés mais ils sont rares. Il y a Henri Gaud qui a un site dédié au procédé http://trichromie.free.fr/trichromie/ ).

Pour les non-parisiens qui veulent découvrir des autochromes (les lyonnais par exemple) y en a aussi au Musée Lumière (à Lyon donc) http://www.institut-lumiere.org/

et enfin toujours pour les lyonnais (mais les autres sont les bienvenus aussi ^^) que ça intéressent de venir DANS un sténopé j’ai une pièce transformée (mais je suis pas Mr Morell, non plus, hein ) http://www.facebook.com/photo.php?pid=2470908&l=bc253cf945&id=776882903 . N’hésitez pas à me contacter…

à noter aussi que les 4ème rencontres internationales de la photographie au sténopé commencent ce soir au Bourget http://capsule93.blogspot.com/

Il y a 7 ans et 8 mois

Ahh cool. J’ai acheter mon premier reflex en même temps que la création de Lense. Et si vous parlez développement « made in chezsoi » peut être que je me lancerai la dedans aussi vu que j’ai un film 120 presque terminer (mon tout premier ^_^ ) j’ai hâte de voir ce que j’ai pu faire avec un vieil appareil qui sent le renfermé acheter sur Ebay. ET j’ai donc hâte de voir la suite de cet Improve !

Il y a 7 ans et 8 mois

Chouette, j’aurai besoin de tes conseils bientôt je compte me mettre un peu à l’argentique (avec un vieux boitier)

Merci Xrpix 🙂

Il y a 7 ans et 8 mois

Tu peux essayer chez toi en faisant un trou dans ton volet, ou en masquant ta fenêtre avec du papier noir ou un carton, idéalement il faut calculer le diamètre du trou en fonction de la taille de ta pièce et de la distance entre la fenêtre et le mur, mais tu peux aussi expérimenter en perçant un gros trou dans une feuille d’aluminium et en superposant des trous de plus en plus petits jusqu’à ce que le résultat soit correct (taille du trou entre 5 et 0,5 cm a priori).

L’autre astuce, c’est de mettre une petite lentille dans ton volet ou ton carton. Il y a aussi un petit calcul a faire, mais le résultat est bien plus saisissant : http://www.funsci.com/fun3_en/sky/sky.htm#3

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur