Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Les rues de New York par Helen Levitt dans un livre

Dans un livre sur la photographie de rue, paru aux éditions Kehrer, Helen Levitt rend hommage aux rues de New York.  (Photo d’ouverture : New York, 1940 © Helen Levitt/Film Documents LLC/Prêt à long terme de la Fondation Ludwig de Vienne)

Après l’exposition au musée Albertina de Vienne, les éditions Kehrer publient un livre sur Helen Levitt, photographe de rue emblématique du XXème siècle. Malheureusement méconnue, elle a rendu hommage à sa ville natale tout au long de sa carrière, démarré à l’âge de 16 ans et achevée à la fin de sa vie.

New York, 1945. (© Helen Levitt/Film Documents LLC/Prêt à long terme de la Fondation Ludwig de Vienne)

Des clichés sincères, spontanés, qui mettent en scène la communauté new-yorkaise comme si la ville était un village. Un village au sein duquel les modes et les ambiances changent au fur et à mesure des décennies, sans pour autant perdre le charme du spectacle de la rue. Un portrait fidèle d’une métropole en pleine effervescence, qui représente à la perfection la diversité des habitants de la Grande Pomme. Ce n’est pas Manhattan qui attire l’œil de la photographe, mais plutôt les quartiers populaires comme Harlem et le Lower East Side. Les photographie d’Helen Levitt ne sont pas uniquement une tentative documentaire, mais aussi et surtout un portrait social et historique.

New York. (© Helen Levitt/Film Documents LLC/Galerie Thomas Zander, Cologne – Propriété de Helen Levitt)

Des années 1930, avec les dures conséquences de la crise de 1929, aux années 1940 avec l’éclat de la Seconde Guerre Mondiale et puis les années 1950 avec le boom économique, la photographe retrace l’histoire d’un siècle de transformations radicales ayant abouti jusqu’aux revendications pour les droits des afro-américains dans les 1970 et l’effervescente mode des eighties. Le tout, parsemé d’un sens du surréalisme certain, d’influences lui venant notamment de Man Ray et Salvador Dali, essayant de fuir les horreurs du XXème siècle en se réfugiant dans une vision plus émotionnelle et subjective de la réalité.

New York, 1973. (© Helen Levitt/Film Documents LLC/Collection Martin Z. Margulies)

Une large place est laissée à la dimension enfantine, évoquant les clichés d’Henri Cartier-Bresson : les enfants jouant dans la rue diffusent un sens de fête, de joyeux chaos, qui ne fait qu’accentuer la dimension intimiste de ces photographies.
Le livre édité par Kehrer permet de découvrir un talent de la photographie de rue au féminin, une portraitiste de New York hors pairs lui ayant consacré presque toute une carrière.

Source : Editions Kehrer

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur