Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Portrait de Lenser : KimKimStoical

Toutes les semaines Lense met en avant l’un de ses Lensers, les lecteurs passionnés de photographie qui ont partagé leurs images sur le site. Cette semaine, nous vous présentons Kim Toumia. Pour participer, c’est par ici. (Photo d’ouverture : © Kim Toumia)

Kim Toumia est un amoureux de la photographie de rue. Ses clichés colorés se présentent comme des toiles, des peintures urbaines parfois abstraites, parfois imparfaites, enveloppantes. « Quand je pars en balade, c’est avec cette volonté d’être pleinement présent physiquement et spirituellement » nous dit-il. Inspiré par le travail de Harry Gruayert, Martin Parr, Marc Riboud, Sebastiao Salgado, il réinterprète la discipline à sa façon.

Quel est ton rapport à la photographie ?

Il est physique ! Un plaisir fou dans la pratique de la photographie de rue, step by step, shot by shot. Des ballades urbaines dans ma ville, mais aussi pendant mes voyages à l’étranger. La pratique de la photographie de rue est cette recherche de l’instant décisif, ce plaisir de travailler le sens de l’observation, être prêt techniquement et humainement afin ne pas laisser passer l’instant fugace ! Il est intime : avec le temps j’ai pris conscience de la relation fusionnelle entre ce qui attire mon attention et ce qui depuis ma jeunesse alimente mon esprit. Cette pratique demande non seulement une grande sensibilité, un regard aiguisé, une bonne condition physique, mais aussi être en capacité de vivre pleinement ce plaisir qui peut être intense et sans peur, sans ressentir un sentiment de culpabilité à composer des photos de rue avec les personnes qui évoluent dans le champ de vision. Assumer, et au besoin informer les curieux de l’immense plaisir de la pratique.

© Kim Toumia
Comment as-tu commencé à en faire ?

Bientôt 54 ans, mes premiers souvenirs remontent à l’enfance. Un Konika que j’ai très longtemps manipulé comme un jouet avant même d’y mettre une pellicule pour enfin prendre des photos ! Ensuite l’adolescence et mes premiers voyages avec comme compagnon, un canon AE-1… La belle époque ! On partait avec un nombre limité de pellicules, des expériences vécues comme des leçons de vie. Non seulement le plaisir de saisir ce qui restera pour toujours mais aussi un travail empirique de la pratique avec l’argentique, la longue attente entre le moment de la prise photographique et la découverte des tirages. Une expérience unique qui n’est plus qu’un souvenir nostalgique ! Ensuite la transition de l’argentique au numérique et depuis 15 ans une pratique assidue de la photographie de rue.

© Kim Toumia
Quels sont tes sujets de prédilection ?

Je n’ai pas un style de sujets de prédilection déterminé. Quand je pars en balade, c’est avec cette volonté d’être pleinement présent physiquement et spirituellement. J’accomplis cet acte comme un exercice qui requiert une grande disponibilité d’esprit, une grande sensibilité (à ne pas confondre avec la sensiblerie). Etre en mesure de convoquer dans une fraction de seconde toute ma culture autant musicale, picturale ou humaine et de composer à partir des éléments qui couvrent mon champ de vision, une petite mélodie visuelle, une story shot, ou rendre hommage aux artistes qui m’inspirent. C’est donc avec autant de respect et d’admiration que je rend hommage aux artistes de rue, eux-mêmes inspirés par les techniques de composition PROPAGANDA. Aux musiciens talentueux, aux peintres, mais aussi aux penseurs et écrivains.

Quel matériel utilises-tu dans ta pratique ?

J’évoque avec beaucoup d’amour mon Fuji X100 F avec bien entendu une focale fixe 23 mm. Comment faire autrement en photographie de rue ! Mais je rêve de tester le X-Pro 3 ou le X-T4 avec d’autres objectifs…

Auto-portrait © Kim Toumia
Qui sont tes photographes de référence ?

Bien entendu : Harry Gruayert, Martin Parr, Henri Cartier-Bresson, Marc Riboud, Sebastiao Salgado et tant d’autres. Et je tiens à saluer un photographe Lyonnais qui est mon mentor, Philippe Freund de Pixel au Point pour qui j’ai un grand respect ! Quand il me regarde avec son œil malicieux et qu’il me dit qu’une de mes photos est bonne c’est parfait.

Comment as-tu découvert, connu Lense ?

En tant qu’amateur d’art, je fréquente depuis ma tendre jeunesse la médiathèque de la part Dieu à Lyon. Un espace idéal pour découvrir d’une lecture à l’autre tous les thèmes qui me passionnent, entre autre la photographie. J’ai bien entendu découvert Fisheye et votre site photographique Lense.fr.  Une harmonie entre le verbe et l’image.  Une source d’inspiration et délectation pour les yeux, l’esprit et le cœur.

Plus d’informations sur ce Lenser :
Flickr


Chaque semaine découvrez un nouveau Lenser !

commentaires

Ajouter le vôtre
Il y a 1 semaine et 1 jour

bonjour et merci pour cette belle blog il m aider beacoup j’ai assui decouvert photographie noir et blanc vous pouvez assui regarder sur cette site https://1tpe.net/go.php?dat=dG9ubmVycmUyLmNvcnBvc3R1ZmYuMg==&tk=

Il y a 1 semaine et 6 jours

à Vous Costanza Spina, un grand Merci, pour avoir trouvé les mots , consacré du temps pour regardé avec attention une partie de mon travail en photographie de rue. lense.fr & Costanza Spina, je suis honoré sur ce coup de projecteur, So !!! j’invite les lensers tout particulièrement productifs et inspirés en street photography à me contacter dans mon espace facebook afin de partager notre intérêt commun pour cette pratique photographique !!! en attendant que nous ayons le plaisir de retrouver notre terrain de jeu favori, je vous souhaite à tous, de prendre soin de vous !!! Be safe and Enjoy …

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser