Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Sergey Melnitchenko : dans les coulisses des nightclubs chinois

Sergey Melnitchenko, danseur et photographe, nous raconte les coulisses des nightclubs chinois et l’incroyable force de leurs habitants. (Photo d’ouverture : © Sergey Melnitchenko)

Sergey Melnitchenko est né en 1991 à Mykolayiv, Ukraine. Résidant en Chine, il y travaille depuis quelques années et c’est ici qu’il a pu réaliser la série Behind the scenes, qui l’a consacré lauréat du Leica Oskar Barnack Winner Award Newcomer 2017 et a attiré sur lui les yeux du public international, le consacrant comme l’une jeunes promesses de la photographie ukrainienne. Etant danseur, le photographe s’est plongé avec une sensibilité exceptionnelle et une touchante délicatesse dans le quotidien des danseuses des clubs érotiques à bas coût chinois. Personne n’aura jamais approché ces performeuses d’aussi près et avec autant de bienveillance et de poésie.

© Sergey Melnitchenko

La série possède une charge cinématographique puissante, ouvrant une porte sur le métier ardue de danseuse de club. Quelque part en Chine, à l’aube, dans les coulisses délabrées d’un local bas de gamme, des performeuses sont représentées après une nuit de shows. Les pieds enflés, des nombreuses cicatrices, quelques brûlures, des collants déchirés, des taches que l’on devine de sueur et de bière…une atmosphère aussi intrigante que lourde, où ces femmes travesties évoluent, telles des héroïnes de l’ombre, non sans verser quelques larmes d’épuisement.

© Sergey Melnitchenko

Sergey Melnitchenko ne se contente pas alors de rester sur les côtés de la scène : lui-même performeur, il s’introduit avec force dans cet univers qui lui est familier, en choisissant un point de vue interne et subjectif qui se concentre sur les détails, les émotions subtiles qui traversent les visages, le dynamisme des loges de ces lieux de divertissement pour les locaux et les touristes. La vision que le photographe nous offre ne cache en rien la dureté de ce contexte : l’écriture photographique y est brute, droite au but, évitant les subterfuges.

© Sergey Melnitchenko

« Il n’y a pas de mensonge – il n’y a pas de mise en scène, c’est leur vie quotidienne, notre vie, ou plutôt la mienne. » déclarait-il lors de la victoire du prix Leica Oskar Barnack.

« Je suis venu en Asie il y a deux ans pour travailler comme danseur. Au printemps de 2016, nous avons joué dans un club chinois qui ressemblait plus à un énorme bar avec une scène, parce qu’aucun public ne dansait. À un moment donné, je me suis rendu compte que tant de choses fascinantes se passait là-bas, et c’est ainsi que la série «coulisses» a émergé », explique-t-il.

Il en résulte un travail bouleversant de vérité, qui se regarde comme se lit un roman, aussi prenant qu’un film sur grand écran, une plongée dans un monde rude dont l’objectif capte toute la beauté narrative.

 

Pour en savoir plus :
Facebook
Instagram

Source : Sergey Melnitchenko

 

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur