Inspirations

La semaine d’actualités dans l’objectif de Lense : du 25 au 30 avril

Trop débordé ces derniers jours ? Nous avons pensé à vous avec une compilation de ce que vous avez peut-être manqué cette semaine. On vous parle du palmarès des Sony World Photography Awards 2016, récompensant les meilleurs photographes de l’année, d’un nouvel instantané très cool et d’un atelier britannique qui veut ressusciter la chambre grand format. Bonne lecture et bonne semaine à tous !

© Julien Mauve - Lauréat du 1er prix dans la catégorie "Conceptuel" des Sony World Photography Awards

Le palmarès 2016 du Sony World Photography

…………………………

Un atelier britannique ressuscite la chambre grand format

…………………………


“Honolulu”, le nouvel instantané de Lomography

…………………………


General

Un atelier britannique ressuscite la chambre grand format

L’idée était de « repenser le traditionnel avec une fabrication moderne » pour à terme vendre des pièces capables de faire de belles photos à bas prix. Pari réussi pour Intrepid Camera, qui affiche déjà “rupture de stock” sur la vente de ses chambres grand format.

Une large boîte en bois, une plaque de film d’un côté et un trou de l’autre, il n’en fallait pas plus pour l’atelier britannique pour ramener la photo en 4×5 d’entre les morts. Un format inhabituel dans la photo numérique qui permet un cadre treize fois plus large qu’un 35 mm. Bien moins cher que n’importe quel réflex, l’appareil est vendu 240 $ (soit 210 euros environ). Sans plus attendre, découvrez les photos prises par les membres de la petite société.

General

Le palmarès 2016 du Sony World Photography

Pour la 9e année consécutive, les Sony World Photography Awards ont été décernés à Londres, jeudi 21 avril. En tout, 14 catégories, équitablement réparties entre « documentaire » et « art ». L’Iris d’Or a été attribué à Asghar Khamseh pour ses portraits de victimes aux corps et aux visages ravagés par l’acide, la récompensant d’un chèque de 25 000 $.

La World Photography Organisation a également remis au Japonais Kei Nomiyama le prix du Photographe de l’année de la catégorie « Ouvert » et une récompense de 5 000 $. Sans plus attendre, découvrez les lauréats de cette dernière édition avec en prime le travail de trois participants français !

 

L’Iris d’Or du meilleur photographe de l’année : Asghar Khamseh


© Asghar Khamseh - "Le feu de la haine"

 

Le photographe de l’année du concours “Ouvert” : Kei Nomiyama


© Kei Nomiyama - "La forêt enchantée de bambous"

 

Catégories « Art »

Gagnant Architecture : Amélie Labourdette, France / 2e – Hui Zhang, Chine / 3e – Stephan Zirwes, Allemagne

Gagnant Pris sur le vif : KirstinSchmitt, Allemagne / 2e – Nick Ng, Malaisie / 3e – Andrea Rossato, Italie

Gagnant Conceptuel : Julien Mauve, France / 2e – Alejandro Beltran, Venezuela / 3e – Barbaros Kayan, Turquie

Gagnant Paysage : Maroesjka Lavigne, Belgique / 2e – Maoyuan Cui, Chine / 3e – Stefan Schlumpf, Suisse

Gagnant Portrait : Marcello Bonfanti, Italie / 2e – Fauzan Ijazah, Indonésie / 3e – Rubén Salgado Escudero, Espagne

Gagnant Etapes : Alberto Alicata, Italie / 2e – Cristina Vatielli, Italie / 3e – Kristoffer Eliassen, Norvège

Gagnant Naturemorte : Francesco Amorosino, Italie / 2e – Oliver Schwarzwald, Allemagne / 3e – Hiroshi Watanabe, Japon

 

Catégories « Documentaire »

Gagnant Campagne : Jetmir Idrizi, République du Kosovo / 2e – David Chancellor, Royaume-Uni / 3e – Antoine Repessé, France

Gagnant Problèmes contemporains : Asghar Khamseh, Iran / 2e – Kevin Frayer, Canada / 3e – Simona Ghizzoni, Italie

Gagnant Actualités : Angelos Tzortzinis, Grèce / 2e – Andrea and Magda, Italie / 3e – Andrew Burton, USA

Gagnant Vie quotidienne : Espen Rasmussen, Norvège / 2e – Sandra Hoyn, Allemagne / 3e – Stephanie Sinclair, USA

Gagnant Environnement : Kevin Frayer, Canada / 2e – Li Feng, Chine / 3e – Lucy Nicholson, Royaume-Uni

Gagnant Personnes : Kevin Frayer, Canada / 2e – Filippo Venturi, Italie / 3e – Alessandro D’Angelo, Italie

Gagnant Sport : Nikolai Linares, Danemark /2e – Jens Juul, Danemark / 3e – Annick Donkers, Belgique

 

Les trois Français qui ont participé au concours :


Amélie Labourdette

© Amélie Labourdette - Lauréate du 1er prix "Architecture" des Sony World Photography Awards

A 42 ans, cette Nantaise remporte haut la main le 1er prix « Architecture » avec sa série « Empire of Dust » (en français, l’empire de la poussière). Dans cette série comme dans la plupart de ses photos, elle interroge ce qui dans le paysage est à priori invisible. Elle met au premier plan, ce que l’on voit en arrière plan, s’appropriant ainsi les espaces, toujours déserts et/ou proche de l’abandon, qu’elle photographie.

 

Julien Mauve

© Julien Mauve - Lauréat du 1er prix dans la catégorie "Conceptuel" des Sony World Photography Awards

Avec sa série « Greetings from Mars » (que l’on pourrait traduire en français par « Bons baisers de Mars »), ce Parisien nous livre une vision absurde d’un futur pas si lointain qua ça, évoquant solitude, découverte, et technologies. On ne sait pas si l’on doit rire ou s’en inquiéter mais qui sait… Peut-être qu’un jour les selfies sur Mars inonderont les réseaux sociaux.

 

Elie Kauffmann

© Elie Kauffmann - Sélectionné dans la catégorie "Open / People" des Sony World Photography Awards

Il n’a pas reçu de prix mais on peut tout de même le féliciter d’avoir passé la première sélection avec sa série sur les touristes férus de photos d’animaux et maniaques des safaris. Une mise en abîme du photographe qui prend en photos d’autres photographes comme si c’était eux les animaux.

 

Matériel

“Honolulu”, le nouvel instantané de Lomography

Après Marrakech ou le Montenegro, Lomography ajoute une nouvelle destination à sa carte d’appareils photo instantanés. Cette fois, la société nous emmène pour Hawaï avec son petit dernier : l’Honolulu.

© Lomography

Frais, végétal et exotique, l’Honolulu a comme un air de vacances. Mais côté technique, on ne peut pas dire que le petit dernier de la collection des « Lomo’Instant camera » innove. Comme ses prédécesseurs, ils est doté de 3 modes de prises de vue (automatique, manuel avec flash et manuel sans flash), et d’une fonction pour les expositions multiples. Pour les séances nocturnes ou de lightpainting, l’appareil est sans surprise équipé d’un mode Bulb.

Vendu avec des filtres colorés pour le flash, un grand angle équivalent à un 27 mm, un objectif fisheye, un équivalent d’un 35 mm pour les portraits et un quatrième objectif pour les gros plans, le pack coûte 149 €. Un prix plus que raisonnable au regard des accessoires que le coffret inclut. Néanmoins, Lomography aurait quand même pu fournir la dragonne de l’appareil (12,90 €) et une pellicule (Fujifilm Instax Mini Film) pour laquelle il faudra compter 20 € si l’on veut espérer prendre quelques clichés.

« Page précédente Page suivante »