Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

L’ arc-en-ciel de Gaza sous l’oeil de Virginie Nguyen Hoang

Virginie Nguyen Hoang est une jeune photographe belge qui s’intéresse à l’exclusion sociale et aux conséquences socio-humaines des conflits. Elle nous prouve que Gaza peut être un arc-en-ciel en arpentant pendant deux mois les rues colorées d’un quartier de la ville. Son travail est exposé à l’Abbaye d’Epau jusqu’au 5 novembre 2017. (Photo d’ouverture : © Virginie Nguyen Hoang).

Le pouvoir de l’image est essentiel pour Virginie Nguyen Hoang qui nous confie : « une photo retiendra plus facilement l’attention du public qu’un article, une vidéo ou une émission radio ». C’est une des raisons qui explique son choix de carrière. En 2014, à Gaza, pour son projet « Gaza, the Aftermath » elle découvre l’initiative du peintre Mohammed Alseidi « l’Arc-en-ciel de Gaza ». Le concept est original et participatif : cet artiste s’est associé aux habitants pour mettre de la couleur dans le quartier. Murs, pots de fleur, encadrements de porte, murets ou encore pneus composent l’arc-en-ciel de Gaza. Le projet a tout de suite conquis Virginie car il donnait « une autre image de la ville de Gaza », une ville habituellement associée à « la misère, la destruction et le blocus ».

Une série haute en couleur

Gaza n’était pas un territoire inconnu pour Virginie Nguyen Hoang. Entre 2014 et 2016, elle a réalisé la série « Gaza, The Aftermath ». Un reportage en noir et blanc sur la difficile reconstruction – morale et architecturale- de la ville à travers la vie de quatre familles. La première série dénonçait les horreurs de la guerre dans toute sa noirceur. Avec « L’arc-en-ciel de Gaza », elle a choisi de montrer qu’un avenir coloré est possible, qu’une explosion de couleur peut faire renaître un quartier et que les gazouis ont eux aussi, « une vie normale ». L’arc-en-ciel de Gaza raconte l’histoire de « personnes qui ont de l’espoir et qui (…) peuvent trouver le bonheur. ». Elle nous avoue que toutes ces couleurs, « ça fait respirer et ça apaise ».

Informations pratiques 

  • Jusqu’au 6 novembre 2017.
  • Abbaye royale de l’Epau – Route de Changé, 72530 Yvré-l’Évêque

Plus de détails sur le site Internet du Festival et de Virginie Nguyen Hoang.

Et n’oubliez pas : l’Agenda de Lense !

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur