Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Le Fujifilm X-S10 : un petit X-T4 à moins de 1 000 €

Fujifilm a annoncé il y a quelques jours son nouveau boîtier Fujifilm X-S10. Positionné entre un X-T30 et un X-T4 en termes de fiche technique, il offre un compromis prix-performances et quelques caractéristiques aptes à séduire les amateurs passionnés.

Alors qu’on attendait plutôt un X-T40, le Fujifilm X-S10 vient prendre cet espace bien particulier chez Fujifilm : celui d’un appareil proposant un minimum de compromis par rapport au modèle phare de la gamme (le X-T4). Le tout en proposant un encombrement et un positionnement prix très intéressants.

Des compromis limités par rapport au X-T4

Comme avec les X-T10, X-T20 et X-T30, le X-S10 vient proposer un appareil qui ne joue pas dans la même catégorie que le modèle professionnel…mais presque. Cette fois-ci on change de nom, mais l’approche reste la même.

La même qualité d’image que le X-T4

Fidèle à son habitude dans le domaine, Fujifilm propose son meilleur capteur APS-C, le même que le dernier modèle X-T4, dans son boîtier X-S10. La combinaison capteur X-Trans CMOS 4 de 26 mégapixels et X-Processor 4 permet de proposer une qualité d’image identique à au X-T4. Ajoutons la même disponibilité en termes de simulations de film, et on retrouve la philosophie de Fujifilm dans le domaine : proposer les mêmes capacités photo a que le X-T4.

Une stabilisation 5 axes performante

Comme son nom l’indique avec cette gamme X-S, la stabilisation IBIS est de la partie, un argument de poids pour un appareil dans cette gamme de prix. Cette stabilisation 5 axes est à la fois une similitude par rapport au X-T4, mais sans l’égaler.

En effet, cette stabilisation, gain de place oblige, utilise un mécanisme 30% plus petit, et donc permet une stabilisation légèrement inférieure à celle du X-T4. On atteint ainsi jusqu’à 6 IL de stabilisation sur le X-S10, contre 6,5 IL avec les mêmes objectifs sur le X-T4.

Des performances intéressantes en vidéo

Si là encore, le X-T4 gardera une longueur d’avance en vidéo, en se positionnant comme une référence dans le domaine pour les professionnels, la proposition du X-S10 reste tout à fait cohérente. Au point d’en faire un appareil de choix pour des passionnés de vidéos.

Il sera ainsi possible d’enregistrer “seulement” en 4K DCI (4096×2160) jusqu’à 30 images par seconde en 4:2:0 8 bits directement sur la carte SD. On pourra enregistrer en 4:2:2 10 bits via le port HDMI. Les cadences 24 et 25 images / seconde sont aussi disponibles.

Mais ici, point de 4K à 60 images / seconde. Il sera pas contre possible d’atteindre 240 images / seconde en full HD.

Notons aussi la présence d’une prise micro dédiée.

Un autofocus issu du X-T4

Le X-S10 annonce un autofocus aussi rapide que celui du X-T4, lié au duo processeur-capteur similaire et aux algorithmes utilisés. Fujifilm annonce ainsi une mise en point en 0,02 sec et un autofocus sensible jusqu’à -7 IL.

On retrouve aussi le suivi des yeux et des visages, et la possibilité de verrouiller des sujets en mouvement.

Là encore, Fujifilm ne fait donc pas de compromis de qualité sur ce point essentiel qu’est la qualité de l’autofocus, un point positif aussi bien en photo qu’en vidéo.

Des aspects spécifiques au X-S10

Le Fujifilm X-S10 ne se contente pas de reprendre certaines spécificités du X-T4, mais a sa propre philosophie, qu’il s’agisse d’ergonomie ou de fonctionnalités.

Une ergonomie plus proche du reflex

Fujifilm inaugure ici un grip particulièrement prononcé qui ravira les utilisateurs frustrés par la prise en mains de boîtiers comme les X-T10, 20 ou 30. La marque réussit à la fois à rendre son boîtier très compact (126 x 85,1 x 65,4 mm) et léger (465 grammes avec batterie et carte), mais en même temps en lui donnant une ergonomie proche de celle d’un reflex. On retrouve ici la philosophie du X-H1 dans ce domaine.

Allant dans ce sens, le S-X10 propose aussi une molette PSAM, qui vient remplacer les molettes de réglages manuels chers à certains passionnés, un pas de plus vers l’ergonomie reflex.

Un mode auto intelligent

Le mode auto intelligent du X-S10 inaugure une nouvelle philosophie pour un appareil dont l’objectif est de toucher un large public. En effet, loin de seulement s’occuper de régler l’exposition, ce mode auto intelligent s’occupera d’utiliser tous les réglages à disposition pour proposer la meilleure image possible.

Pour cela, le X-S10 utilise les simulations de film, les combine avec l’exposition, ajuste la netteté, la plage dynamique, et tous les paramètres à sa disposition pour proposer la meilleure image possible.

Ce nouveau mode auto a clairement de quoi séduire les débutants amateurs de belles images, qui n’auront au départ qu’à cadrer la scène à photographier.

Une qualité de construction en hausse par rapport au X-T30

Un châssis en alliage de magnésium est utilisé pour le X-S10. C’est une excellente nouvelle en termes de construction. S’il manquera la tropicalisation propre au X-T4, la qualité de construction monte d’un cran par rapport au X-T30 grâce à ce chassis.

Où se font les autres compromis ?

Pour réussir à proposer l’appareil le plus performant possible tout en restant sous la barre symbolique des 1000 €, Fujifilm a bien sûr du faire des économies quelque part. Et comme à son habitude, la marque a fait des économies sur des aspects qui a priori devraient ne pas amputer les compétences de l’appareil, dans le cadre d’un usage non professionnel.

Comme bien souvent avec ce type d’appareil, on trouvera un seul emplacement pour carte SD. Ce slot est aussi compatible SDXC UHS-I seulement.

Le X-S10 utilise un écran LCD 3 pouces de 1,04 millions de points, tactile et monté sur rotule, mais moins défini que celui de 1,62 millions de points du X-T4. Le viseur électronique du X-S1 est lui aussi moins performant que celui du modèle le plus haut de gamme, reprenant celui du X-T30 et sa dalle OLED de 2,36 millions de points avec un grossissement de 0,62 x.

Enfin, la batterie NP-W126S annonce une autonomie de 325 images, moins que le X-T30, et beaucoup moins que le X-T4 et son autonomie de 600 images.

On notera par contre un bon point : il sera possible de charger la batterie directement dans l’appareil via le port USB-C.

Prix et disponibilité

Le Fujifilm X-S10 est prévu pour une commercialisation à partir du 15 novembre, au prix public de 999 euros (boîtier nu).

Deux versions kit sont prévues aussi, la première avec l’objectif XC 15-45 mm à 1 099 euros, le second à 1 399 euros avec le XF 18-55 mm, et un troisième kit sera proposé avec le XF 16-80 mm pour 1 499 euros.

Source : Fujifilm

commentaire

Ajouter le vôtre
Il y a 7 mois et 4 semaines

on tropicalise et on retire toute utilisation vidéo, et c’est le top pour les photographes de rue petit budget !!! anyway !!! Fuji , toujours en mouvement !!! Respect !!!!

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser