Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Les coups de coeur du Festival de La Gacilly

La 15ème édition du festival de La Gacilly a ouvert ses portes le 2 juin. Focus sur nos coups de coeur photographiques. (Photo d’ouverture : © Nichols Michael)

Né il y a 15 ans dans le village de La Gacilly, le festival photographique se donne pour mission de mener une réflexion sur des enjeux environnementaux et sociaux d’envergure, liés aux changements apportés par la mondialisation.

Durant ces années, le festival a totalisé plus de 3,3 millions de visiteurs, en gagnant ainsi son défi de redonner une voix aux cultures et activités artistiques organisées en milieu rural.

© Thomas Pesquet – ESA/NASA

Cette année, au coeur du parcours d’exposition, la question de l’épuisement des ressources. L’homme a toujours conçu la Terre comme étant éternelle et inépuisable. Les changements climatiques, les métamorphoses paysagères, les phénomènes cataclysmiques prouvent néanmoins le contraire. Ici, une sélection d’images frappantes, parmi lesquelles celles de Thomas Pesquet, ayant pu montrer depuis l’espace l’ampleur des interventions humaines sur nos territoires.

« Au Botswana, dans un impressionnant désert de sel, les teintes de rouge d’une mine d’extraction de sodium apportent un contraste bienvenu. Un pourpre intense que je n’ai pu admirer qu’une ou deux fois, et toujours en Afrique » confie l’astronaute français au sujet de ce cliché, mettant en exergue l’impact de l’homme sur les paysages. Mélange de beauté et de consternation, l’image laisse songeurs quant à l’industrialisation des zones rurales et ses conséquences sur le paysage terrestre.

© Bourseiller Philippe

Philippe Bourseiller, quant à lui, met le doigt sur une thématique centrale : la fonte des glaciers. Dans un tableau aux teintes rosées, presque tropicales, des icebergs apparaissent au loin, tels les vestiges surréalistes d’un monde en voie de disparition. La chaleur du cliché produit un contraste avec son sujet qui ne laisse pas le spectateur indifférent.

© Matthieu Ricard

Le festival est aussi une incitation au voyage et à la rencontre. Loin des clichés touristiques, Matthieu Ricard saisit des scènes de vie quotidienne empreintes de spiritualité, montrant la richesse humaine autour du monde. Dans cette photographie prise en 2005, deux moines tibétains sont aussi au bord du lac de Yiloung Lhatso, dans le Tibet oriental. Sur le rocher, est gravé le mantra du Bouddha de la compassion, ‘Om Mani Padmé Houng’.

Entre découvertes naturelles et échanges culturels, le festival nous promène au coeur d’un drame environnemental qui contraste avec la magnificence de notre planète.

 

Source : Festival de La Gacilly

 

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur