Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Luca Locatelli photographie les carrières de marbre de Carrare

Assujetti à la demande mondiale croissante, le marbre de Carrare est un bien de luxe de plus en plus demandé par les nouveaux riches du monde. Luca Locatelli documente en photo ses techniques d’extraction et fait revivre l’histoire millénaire de l’or blanc de Carrare. (Photo d’ouverture : © Luca Locatelli)

L’or blanc de Carrare

La saga du marbre de Carrare commence bien avant la Renaissance italienne, avant même la naissance de Michel-Ange, avec les premières carrières fondées sous l’Empire Romain. Ce fut une histoire longue de siècles qui mena à inventer des méthodes d’extraction subtiles, devant se confronter à la nature âpre du territoire montagneux entre la Ligurie et la Toscane. Une histoire d’équilibre sismique, de moyens de transports exceptionnels et de techniques d’extraction sophistiquées.

Connu dans toute la planète, l’or blanc de Carrare est un emblème de luxe et d’opulence, mais il est surtout le cœur, au sens propre, du rayonnement de l’art italien. Ainsi, ce précieux matériel est indissolublement lié à cet immense David trônant au beau milieu de la Galerie de l’Académie de Florence, cette oeuvre titanesque extraite d’un seul et unique bloc de plus de 5 mètres de hauteur.

© Luca Locatelli

Locatelli photographie la « neige qui ne fond pas »

L’abondance de marbre en proximité des Alpes Apuanes est surréelle. Ces gisements de matériel organique cumulé pendant des milliards d’années, protégé par une mer primordiale, s’étalent sur une région entière.

En longeant la côte de Massa Carrara, Forte dei Marmi, Viareggio, des montagnes blanches en toute saison s’érigent au loin. Cette « neige qui ne fond pas » (ndlr : Le New York Times définissait ainsi ce spectacle naturel) n’est autre qu’une véritable cordillère de marbre. Ce paysage unique au monde, Luca Locatelli l’immortalise dans une série fascinante.

© Luca Locatelli

Une demande grandissante

C’est un voyage au cœur des carrières qu’il nous propose, en documentant une tradition qui pourrait un jour ne rester qu’un vague souvenir. En effet, la demande de marbre de Carrare ne fait qu’augmenter, tirée vers le haut par les exigences de nouveaux clients, les Emirats Arabes Unis en tête.

Entre beauté naturelle et menace consumériste, Locatelli dresse le portrait effrayant mais sublime d’un microcosme méconnu. Un voyage photographique dans les entrailles des principales carrières, étranges lieux d’une blancheur virginale au cœur de montagnes d’une nature exceptionnelle.

Source : Luca Locatelli

commentaire

Ajouter le vôtre

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser
Vous aimez Lense ?
Désactivez votre bloqueur de publicité !

Espace annonceur