Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

BASICS : Ouverture, vitesse, sensibilité : trio infernal

En attendant les Ateliers Mini Lense de Samedi, je vous propose de réviser vos classiques : Vitesse, Ouverture et Sensibilité !

Aussi complémentaires que les trois mousquetaires, maitriser ce trio infernal ouverture/vitesse/sensibilité n’est pas du tout évident lorsque l’on commence à s’intéresser de près à la Photo. Pourtant c’est une étape obligatoire pour enfin avoir le contrôle sur le rendu final de votre photo. Considérez cela comme un petit bizutage 😉

…………………………

Voici donc la remise en selle de la série des BASICS, qui aborderont les sujets de base de la technique photographique. On espère permettre aux débutants (et éventuellement aux plus confirmés d’entre vous) d’avoir les idées claires sur des principes parfois difficiles à assimiler.

Mécanique photographique

Avant toute chose, rappelons de quoi est composé un appareil photo pour mieux comprendre en quoi les différent réglages modifient la quantité de lumière qui arrive sur la pellicule ou le capteur.

Les 2 éléments principaux qui agissent sur l’exposition dans un appareil photo sont le rideau et le diaphragme.

Le rideau se trouve devant la pellicule et permet de contrôler pendant combien de temps on laisse la pellicule ou le capteur exposé à la lumière, la vitesse est généralement exprimée en secondes ou fractions de secondes.
Le diaphragme se trouve le plus souvent dans l’optique elle même et permet de contrôler la quantité de lumière qui entre dans l’appareil. Plus le chiffre que vous choisissez sur votre boitier est faible, plus le diaphragme est ouvert et laisse entrer de lumière.

Il était un temps ou les appareils étaient complètement manuels, et une aiguille vous indiquait si les réglages choisis étaient à peu près corrects en fonction de l’ouverture et de la vitesse sélectionnées (et encore, l’aiguille de la cellule c’était déjà un progrès… ).

…………………………

Ouverture et vitesse

Ce sont les 2 réglages principaux disponibles sur votre réflexe (sur certains compacts aussi!). Ils ont des effets bien particuliers et permettent de modifier le rendu de votre photo de manières très différentes.
Selon les situations, on pourra se concentrer sur la vitesse d’obturation pour figer un mouvement rapide dans une scène par exemple,  ou sur l’ouverture pour choisir la quantité de plans qui seront nets.

A gauche, faible vitesse d’oburation (1/50s). A droite, vitesse élevée (1/1000s)

A gauche, grande ouverture (f1.8). A droite petite ouverture (f5.6)

EDIT: Dans les commentaires, Adl pose une excellente question qui me permet de préciser un principe :
plus l’ouverture maximale d’un objectif est élevée, plus la zone de flou sera élevée comme on peut le voir sur l’exemple 2.
Mais ce n’est pas tout : la distance avec le sujet joue aussi sur la taille de la zone de netteté, plus le sujet est éloigné de l’objectif, plus il sera difficile d’avoir un arrière-plan flou.
Pour faire un portrait qui se détache de l’arrière plan, essayez de vous rapprocher de votre sujet !

…………………………

Sensibilité ?

A gauche, sensibilité faible (200 isos). A droite, sensibilité élevée (3200 isos)

C’est un sujet un peu à part : la montée en sensibilité c’est le nerf de la guerre entre les fabricants cette année, avec l’arrivée de nouveaux boitiers pros et experts qui battent des records.
La possibilité de prendre des photos à 3200 isos en conservant énormément de détails est une vrai révolution dans le domaine de la photo, quelque chose d’encore impensable il y a quelques années.

Pour comprendre de quoi il s’agit lorsqu’on parle de sensibilité, il est bon de se rappeler comment fonctionne les pellicules que nos parents chargeaient dans leurs appareils (je rigole hein, les « pelloches » ont encore un bel avenir devant elles)

Même si ce n’est pas ma spécialité, je vais essayer de vulgariser un peu les principes chimiques qui entrent en jeu : lorsque vous regardez une pellicule de (très) près, vous pouvez distinguer de petits grains d’oxyde d’argent (d’où le nom « argentique ») qui vont devenir plus ou moins sombres lorsqu’ils seront exposés à la lumière. Plus ces grains sont gros, plus ils seront sensibles à la lumière et inversement. Lorsque vous achetez un film 400 asa, les grains sont bien plus gros que ceux d’une pellicule 100 asa et cela se voit lors du tirage ou les détails sont par conséquent moins présent. (mais ça a un charme certain on est d’accord)

En numérique, un capteur est formé de millions de petites cellules (les photosites) qui enregistrent chacun une information lorsque vous prenez une photo (couleur, niveau de luminosité, …). Lorsqu’on choisit d’augmenter la sensibilité sur son appareil numérique, il s’agit en fait d’amplifier « le signal numérique » qui a été enregistré par chaque photosite. Autant vous dire qu’on ne peut pas amplifier le signal indéfiniment et que le bruit qui apparait sur votre image (sous forme de taches de couleur, de dégradation des détails) est comparable au souffle ou bruit que vous entendez en arrière plan lorsque vous montez le son de votre chaine hi-fi. (vous excuserez cette analogie un peu houleuse… 😉

L’augmentation de la sensibilité permet en fait d’étendre la latitude de réglages en vous permettant de gagner quelques crans en vitesse ou en ouverture. Mais attention à ne pas en abuser (sauf si votre boitier à moins de 6 mois :)) !

…………………………

Pourquoi parle-t-on de mode « Priorité » ?

Pour simplifier la vie du photographe, limiter le nombre de réglages, les calculs et les réflexions à faire avant de déclencher, les boitiers proposent de donner la priorité à l’un des paramètres sur l’autre : vous choisissez l’ouverture ou la vitesse et l’appareil calcule automatiquement l’autre paramètre pour que l’exposition soit correcte.
Vous pouvez imaginer que sans ces automatismes, il fallait bien connaitre son matériel pour réaliser une photo sur le vif ou spontanée (et un peu de chance aussi… ) avec un appareil « ancien ».

Attention, il ne faut pas oublier que nos appareils ne sont pas parfaits. Il arrive que  les mécanismes de nos réflexes ne soient pas capables de bien distinguer les éléments d’une scène et d’en déduire correctement les conditions lumineuses. On détaillera cela dans un autre article « remise au point » sur les modes de mesure de lumière, mais en attendant on partira du principe que l’appareil fait son boulot et choisit les bons réglages (ce qui est le cas 95% du temps… ouf… :).

…………………………

Alors… Priorité ouverture ou priorité vitesse ?

En pratique sur votre réflexe ces différents modes priorité sont accessible via une molette comportant plusieurs inscriptions (la sensibilité étant plus souvent accessible par le menu ou un raccourci) pour rappel et pour les marques les plus populaires :

Nikon, Sony & Olympus
A -> Aperture
S -> Speed
P -> Program

Canon
Av -> Aperture Value
Tv -> Time Value
P -> Program

Pentax
Av -> Aperture Value
Tv -> Time Value
Sv -> Sensibility Value (Mode Program avec sensibilité plus accessible)
TAv -> Manuel avec sensibilité ajustée automatiquement

Imaginons que l’on cherche à faire entrer le plus de lumière possible dans notre appareil, par exemple lors d’une soirée ou d’un concert peu éclairés (les pires conditions quoi… ).

Il faut tout de suite se faire une raison, on ne peut pas faire de miracles, et si on gagne sur un terrain on perd forcément sur un autre. Vous avez donc plusieurs options :

– Augmenter l’ouverture => vous laissez entrer plus de lumière MAIS votre profondeur de champs diminue, vous obtenez moins de plans nets et vous êtes souvent limités par l’ouverture maximale de votre objectif. (les objectifs qui « ouvrent » beaucoup sont généralement les plus chers)

– Diminuer la vitesse => vous laissez entrer plus de lumière (enfin autant, mais plus longtemps) MAIS il y a plus de risques que vous obteniez des images floues : un stabilisateur optique pourra corriger vos tremblements, mais si votre sujet se déplace ou bouge rapidement il sera flou .

– Augmenter la sensibilité => vous laissez entrer plus de lumière (artificiellement par amplification) MAIS cela s’accompagne généralement d’une dégradation de l’image avec l’apparition de « bruit ».

Lorsqu’on gagne sur un plan, on perds forcément sur un autre. La difficulté est souvent de comprendre les limites des capacités de son appareil et les réglages qu’on peut changer pour réussir sa photo.

Oui, c’est bien un trio infernal 😛

…………………………

On récapitule?

Il y a 3 choses à retenir pour maitriser l’exposition :
– L’ouverture permet de régler la profondeur de champ
– La vitesse permet de figer des mouvements rapides ou inversement d’obtenir des trainées, fantômes, …
– La sensibilité permet d’agrandir le champs d’action des 2 précédents au détriment de la qualité et de la quantité de bruit numérique.

…………………………

Entrainez-vous !

Rien ne vaut de la pratique pour assimiler un nouveau concept et que ça devienne « naturel ». On vous rassure, on a tous commencé par galérer et utiliser des pense-bête avant de choisir naturellement telle ouverture ou telle vitesse pour obtenir un résultat particulier.
N’hésitez pas à prendre en main votre matériel et faire des essais : en faisant une mise au point sur un élément précis, jouez sur l’ouverture et observez ce qui se passe !

N’hesitez pas à réagir dans les commentaires si certains point ou certains termes ne sont pas clairs et méritent d’autres eclaircissements. Au boulot !

commentaires

Ajouter le vôtre
Avatar par défaut
chataing
Il y a 8 ans et 11 mois

il serait bon de dire que grande ouverture (,ouverture élevée,)correspond à petit nombre ex:2,8

) petite ouverture correspond à grand nombre

me dire si je me trompe je crois cette précision primordiale car source d ‘erreurs

[…] vous avez bien suivi nos articles, vous devez être incollables sur les principes de base de la photographie, sur l’effet de la focale sur le champs de vision et sur l’interet des megapixels dans […]

[…] vous voulez faire du gros plans mais que votre objectif n’a pas de très grande ouverture, vous voudrez peut-être réduire numériquement la profondeur de champ. Faites comme pour […]

[…] PSAM. En concert, la lumière est si changeante qu’il est obligatoire d’être en mode Manuel pour pouvoir changer les réglages en modifiant par exemple l’ouverture si le besoin de […]

Il y a 10 ans et 6 mois

[…] les photos avec les mêmes réglages (vitesses, ouverture, iso et balance des […]

[…] effet, Lense.fr dispose déjà d’un article très bien fait et abondamment illustré ici à propos des 3 piliers que sont iso / vitesse / ouverture. De la même façon, vous trouverez sur […]

[…] Lense.fr > Les deux bases de la Photo : Ouverture et Vitesse – Lense.fr > BASICS : Ouverture, vitesse, sensibilité : trio infernal – Phototrend > MP#19 : L’ouverture – Phototrend > MP#20 : Vitesse d’obturation – […]

[…] compléter l’article sur les bases de la photo qui avait été précédemment été publié sur Lense, on va s’intéresser aujourd’hui […]

Il y a 11 ans et 4 mois

hi,
on peut avoir un BASICS « photo de nuit » please
thanx a lot

sinon la récap des basics est parfaite

Il y a 11 ans et 10 mois

@XRPIX : je shoote, je shoote. Maintenant j’avoue que moi parfois j’avec mon oeil d’amateur j’ai du mal à voir la différence entre une ouverture à 8ou à 10.(bon après la photo elle peut me plaire à moi même si pour un oeul plus averti elle est floue ou bruitée…! C’est important aussi non ?)
@Pinpin : merci je vai sle demander au Père-Noël ! (ce type est cool et pas trop radasse !)

Il y a 11 ans et 10 mois

très bon article ! merci Xavier 🙂

Il y a 11 ans et 10 mois

Joli article 🙂
moi mes lapins n’ont plus de piles 🙁

Il y a 11 ans et 10 mois

Je reviens sur mon probleme d’ouverture en mode manuel.

J’ai donc un EOS 30D avec un 50mm f1.4 et donc impossible de changer l’ouverture en mode manuel.

Par avance merci de votre aide

Il y a 11 ans et 10 mois

Bel article, merci Xrpix 🙂

Il y a 11 ans et 10 mois

L’article est excellent, très pédagogique. Je me souviens avoir lu plusieurs fois dans mon manuel d’utilisation Canon, l’explication avant de comprendre. C’était comme faire une équation à 10 inconnus.
Le problème, c’est de rendre ceci effectif sur le terrain. C’est là le plus dur.

@ oopsy: on privilégie l’un ou l’autre en fonction de la situation et du rendu qu’on veut obtenir.
Je vais peut-être dire n’importe quoi ici (je suis une grosse débutante).
Par exemple, tu veux photographier une scène « fixe » en mettant en valeur le sujet: priorité à l’ouverture. Tu mises sur le flou de l’arrière-plan ou un champ de profondeur plus élargi.
Si tu es devant une scène avec du mouvement (voitures roulant, fontaine d’eau, animaux courant), alors priorité à la vitesse d’obturation. Tu décides alors de figer le sujet en plein mouvement ou bien de créer une dynamique autour en diminuant la vitesse d’obturation.

Ai-je bien compris la leçon, chef XRPIX?

Mais la photographie est un art et comme tout art, elle se doit de s’affranchir aussi des règles. Fais comme moi, sors et pratique. 😉

Il y a 11 ans et 10 mois

faut que j’imprime tout ça . « On a tous galéré moi je veux bien mais combien de temps ?? » Quand on débute on privilégie quoi , vitesse ou ouverture ? parce que les 2 c’est pas gérable pou rmoi je crois! (sinon z’étaient pas 4 les 3 mousquetaires ?)

Il y a 11 ans et 10 mois

@chollier : Euh grave non, pas du tout. En fait si ta photo est nette, alors c’est pas grave, si elle est floue, alors peut-être la stabilisation aurait pu t’aider à avoir une photo nette (mais on reste dans les limites de la physique hein ^^)

Concrètement, sur un objectif non stabilisé en 24×36, on peut estimer la vitesse à partir de laquelle la photo ne sera pas floue en fonction de la focale en prenant l’inverse de celle-ci : en gros, à 50mm, la photo sera nette à partir de 1/50s, à 100m, 1/100s etc. Pour les capteurs plus petits des D60, 450D, il faut faire encore plus court (de 1 fois et demie), soit 1/80s pour 50mm, 1/160s pour 100 mm (environ)

Un objectif stabilisé peut te permettre de gagner de 1à 4 vitesses, donc pour 50mm sur un D60 avec une stabilisation qui fait gagner deux vitesses, pouvoir obtenir une photo nette à partir de 1/25s.

( http://fr.wikibooks.org/wiki/Photographie/Nettet%C3%A9_des_images/Syst%C3%A8mes_de_stabilisation )

@Vincent : Pour la balance des blancs, c’est à régler en fonction de la scène que tu shootes :
si c’est dans ton salon, choisis « tungstène » ou l’ampoule, si c’est dans le métro « Néon », si c’est à l’ombre, le motif de l’ombre, etc. Cela dit, à moins de vouloir obtenir un effet particulier, la position automatique de balance de blanc se plante pas trop (mais ça arrive parfois). Qui plus est, c’est un traitement qui n’agit que sur l’image en jpg. Pour le Raw, la balance des blancs se fait au post-processing.

Il y a 11 ans et 10 mois

Jolie rappel des bases ! ! très clair!
moi c’est plutôt des photos de concert avec des ingé lumière pas gentil qui aime faire des trucs… étrange! alors Tv et iso a 1600

Il y a 11 ans et 10 mois

merci, merci, merci, merci!!!
🙂

Avatar par défaut
Vincebob
Il y a 11 ans et 10 mois

Bonjour, tout d’abord merci pour cette catégorie Basics qui permet d’assimiler plus vite certains aspects technique aux novices qui en ont marre des modes tout automatiques!
Je me suis récemment mis à la photo et je ne comprends pas grand chose aux réglages de blance des blancs…
Je suis obligé de reprendre ma photo plusieurs fois en « bidouillant » pour obtenir l’effet escompté! Donc j’aimerais savoir si il y a des règles d’application aux différents réglages ou si je dois continuer de faire ça au pifomètre?
Merci!!

Il y a 11 ans et 10 mois

Légère déception en rentrant, aucun des deux objos n’est stabilisé 😡 c’est vraiment grave ? on sent beaucoup la différence ?
Au pire je verrai après noël s’il me reste un peu de sous pour investir dans un objectifs mais bon

Il y a 11 ans et 10 mois

merci

note a moi meme : arreté d’essayer de faire sa avec un sapin de noel ><

donc «  »impossible » » sur un sapin avec un ariére plan proche ?

« periode de fete oblige , « modele » de fete oblige » ^^

Il y a 11 ans et 10 mois

Exactement le post qui me manquait, franchement merci mille fois.
J’ai aussi un mode B sur mon Samsung Gx-1s (il est pas dans la liste :D)

Il y a 11 ans et 10 mois

Alors, je vais faire un edit de l’article car c’est une excellente question qui me permet de préciser un principe :
plus l’ouverture maximale d’un objectif est élevée, plus la zone de flou sera élevée comme tu peux le voir sur l’exemple 2.
Mais ce n’est pas tout : la distance avec le sujet joue aussi sur la taille de la zone de netteté : plus le sujet est éloigné de l’objectif, plus il sera difficile d’avoir un arrière-plan flou.
Pour faire un portrait qui se détache de l’arrière plan, essayes de te rapprocher de ton sujet !

Il y a 11 ans et 10 mois

simpas l’article, possible d’avoir plus d’info sur l’ouverture? (enfin la profondeur de champ (je galere pour pouvoir faire un « fond flou ». . .))

ps: desolé pour les fautes d’orthographe

Il y a 11 ans et 10 mois

Super clair cet article. Mais j’ai une petite question, en mode manuel, je n’arrive pas à changer l’ouverture, sur la vitesse pas de souci… Est ce que quelqu’un a une idée d’où cela vient?

Il y a 11 ans et 10 mois

Yep! Merci pour cet article, ça aide les nouveaux comme moi à s’y retrouver dans le jargon hyper pointu de ce domaine très particulier qu’est la photo.
Ta façon d’expliquer est très bonne et différente des autres tutos trouvables sur le net. Ca permet de mieux comprendre certains concepts en ayant une explication, une approche du problème différente.
Une bonne mise au point!

Il y a 11 ans et 10 mois

Ah autre chose ! Xrpix, si jamais tu mets l’un des lapins crétin en vente sur eBay, j’enchèris dessus 😉 Très bon article sinon !

Il y a 11 ans et 10 mois

« … au souffle ou bruit que vous entendez en arrière plan lorsque vous montez le son de votre chaine hi-fi. »

L’analogie est très bonne au contraire, d’un point de vue électronique en tout cas, car l’origine de ce bruit est le même, que ce soit pour un ampli audio ou un ampli de photosite : le « bruit BF » (si si, c’est le terme technique), qui est dû principalement à des effets de surfaces dans la jonction du semiconducteur.

De grand progrès on été réalisé dans la réduction de ce type de bruit en changeant notamment la nature des matériaux utilisés. Le développement des filières de types AsGa (Arséniure de Gallium) et AsN (Gallium Nitride) y sont pour quelque chose.

Il y a 11 ans et 10 mois

Vous avez bien fait de préciser que le rendu change quand on modifie la sensibilité : j’ai du corriger la balance des blancs pour avoir 2 images comparables.
Ce qu’il faut surtout retenir je pense, c’est que monter en sensibilité permet de gagner en vitesse quand on est déjà à l’ouverture maximum.

L’article est maintenant avec les autres basics.

Franck : tu peux jeter un oeil à cet article pour mieux comprendre le rapport entre la focale et l’effet « zoom ».
http://www.lense.fr/2007/11/28/improve-taille-ton-capteur/
On reviendra dessus aussi en détails.

merci à tous sinon pour les encouragements, on va essayer de vulgariser tous ces petits sujets pas évidents à maitriser.

Il y a 11 ans et 10 mois

Je salue Xrpix qui nous a accompagné à la sortie Lense de Février dernier. Très pédagogue ce môssieur 🙂 (s’il était besoin de la préciser).
Pour ajouter mon grain de sel, je précise que pour tester la profondeur de champ AVANT de prendre la photo, il existe le fameux bouton de « test de profondeur de champs » présent sur la grande majorité des reflex. Ce bouton est généralement placé à l’avant de l’appareil photo, près de l’objectif. En regardant votre objectif (regardez l’optique, hein?) et en appuyant sur ce bouton, vous verrez le diaph se fermer. A ouverture max, il ne se passera rien (le diaph reste ouvert au max), à ouverture min ce sera bcp plus parlant.
Et en regardant dans le viseur en appuyant sur le bouton, vous verrez l’image s’assombrir (Oui, le diaph se ferme = moins de quantité de lumière, on comprend tout!) et vous verrez la profondeur de champ augmenter au fur et mesure que vous fermerez le diaph.
Vous me direz, avec le numérique, il suffit de prendre une photo pour tester la profondeur de champ : c’est vrai. Ce bouton est donc surtout utile dans deux cas (à mon sens) : – 1.en argentique, pour savoir à l’avance quelle profondeur de champ sera visible sur la photo -2.pour appréhender les « basics » de la photo et bien comprendre ce fameux trio infernale. En effet, rien de tel que de voir la mécanique s’activer pour bien comprendre la notion de diaph.
Je RE-félicite Xavier pour la pédagogie de son article car je me rends compte de la difficulté de la chose…
Bonne continuation à vous!

Il y a 11 ans et 10 mois

Super article. Je cherchais justement à faire comprendre tout ça à ma copine l’autre jour, et c’est exactement ce qu’il me manquait (oui parce que je crois que je l’ai perdue quand j’ai commencé à dire « augmenter la vitesse d’obturation » vs « diminuer le temps d’exposition »…)
Résultat, je forwarde.

Il y a 11 ans et 10 mois

Le même genre d’article à propos des optiques et je serai comblé.

Il y a 11 ans et 10 mois

Bel article : court, clair, précis et bien illustré.
Je suis d’accord avec s0mbry : la montée en ISO modifie le rendu de l’image. On le voit d’ailleurs bien sur les exemples de XRPIX où le lapin crétin à 3600 ISO n’a pas exactement la même teinte et la même texture qu’à 200 ISO.

Avatar par défaut
Régis
Il y a 11 ans et 10 mois

Très clair ce billet, j’ai (pratiquement) tout compris, merci 😉

Il y a 11 ans et 10 mois

Cool le retour des Basics. Pour la peine, je me suis inscrit sur Lense (oui je sais il était temps).
Article simple à comprendre pour les gens comme moi qui ne sont pas des as de la photo.
Merci beaucoup !
En revanche, on retrouve pas l’article dans la catégorie « Basics », c’est normal ?

Il y a 11 ans et 10 mois

La « mention », pas la « notion ».

Il y a 11 ans et 10 mois

J’ai mon nikon D60 depuis avant-hier et c’est génial, merci à vous 🙂
Une petite question comment savoir si mon objectif est stabilisé ? J’ai celui par défaut, un 18-55 (pas le II il me semble) ainsi qu’un 55-200

Il y a 11 ans et 10 mois

Bien foutu cet article XRPIX.
C’est de loin pas évident à expliquer ces basiques, ça peut en saouler certains, mais c’est nécessaire quand on veut maitriser son image.
Faut pas oublier une chose en numérique/iso : on observe souvent des changements de couleurs, d’ambiance en prenant des photos à haut ISO. Faut se méfier. Les rendus sont pas exactement les mêmes (sans parler de bruit). Parfois mieux vaut une pose longue plutôt que de grimper en haut iso.
A tester toujours et encore. Faut jamais s’arrêter.

Il y a 11 ans et 10 mois

Sympa le rappel. j’aime beaucoup les exemples ^^

Pour ma part je reste généralement ( 99% du temps ) en priorité ouverture. J’aime pouvoir jouer avec la profondeur de champs ( avec mes objos M42 notamment 24mmf2.8 Macro; 50mmf1.8) et je trouve que c’est plus simple à gérer dans la plus part des cas.

Bien sur, dès que je fais des photos de paysages de nuit, je passe en vitesse avec un trepied.

Il y a 11 ans et 10 mois

Si l’objectif comporte la notion « VR » (Vibration Reduction) c’est qu’il est stabilisé, autrement non.

Il y a 11 ans et 10 mois

Bien vu pour le bouton de test de profondeur de champs !!!

Je m’en suis déjà servi effectivement pour illustrer l’effet de fermeture du diaphragme, mais je ne l’utilise pas uniquement pour tester :
Quand on veut exclure de son plan net un objet en particulier, on a le choix d’utiliser le testeur de profondeur de champs, ou de prendre une série de photos pour voir l’effet sur l’écran.
Mais perso, manipuler les menus, zoomer, supprimer les images qui ne servent à rien, etc. c’est bien plus fastidieux que d’utiliser ce petit bouton.
Y a pas photo donc 😉

Il y a 11 ans et 10 mois

Dis nous de quel appareil tu disposes.
Et si c’est un réflexe, quel objectif est monté.
🙂

Il y a 11 ans et 10 mois

La réponse à ta question va dépendre de quel boîtier et de quel objectif tu parles. 😉

Avatar par défaut
mulot
Il y a 11 ans et 10 mois

« IS » (Image Stabilizer) chez Canon pour les objos stabilizés

Il y a 11 ans et 10 mois

La molette en haut pour la vitesse et la roue dans le dos pour l’ouverture je crois

Il y a 11 ans et 10 mois

Je vais laisser les canonistes te répondre, tu devrais trouver rapidement la réponse. A priori quand tu es en mode manuel (M) tu dois pouvoir changer chaque réglage indépendamment en utilisant la molette près du déclencheur et la roue à l’arrière du boitier.

Il y a 11 ans et 10 mois

Pas canoniste, donc je dis peut-être une ânerie monumentale. Chez Nikon, sur les objectifs AF non G (G pour Gelded, avec la bague de diaph interne à l’objo et donc non accessible, non débrayable), tu as un petit bouton sur ta bague de diaph permettant de passer du mode manuel au mode auto des diaph. En gros, si le bouton est baissé, les diaphs sont gérés mécaniquement par l’objectif, et le boitier ne peut rien y faire. Il faut alors tourner la bague de diaph à la main, sur l’objo, pour changer l’ouverture.
N’existe-t-il pas quelque chose de similaire chez Canon? Je ne sais pas, hein, je me pose juste la question. S’il existe un petit bouton comme ça, essaie ça. Dans une position, tu gères l’ouverture à la main, dans l’autre « au doigt » sur le boitier.
Chez Nikon, la manip pour passer le bouton d’une position à l’autre est très simple, quoique faut savoir, donc je donne le « truc » si quelqu’un a un doute (et encore une fois, si chez Canon ça marche pareil, j’espère que ça t’aide): il faut tourner la bague vers la position la plus fermée possible pour l’objectif (f/22 sur mon 80-200 par exemple), le chiffre est inscrit en orange et non en blanc comme les autres, tout comme justement ce petit bouton. Une fois qu’on est à cette position-là, on peut pousser le bouton, qui va venir bloquer la bague de diaph; et alors, magie, c’est le boitier qui gère.

(Ou alors, tout bêtement, problème de faux-contact? Démonte et remonte l’objo, et/ou montre-le à un vendeur dans une boutique, il regardera ce que ça peut être et pourra soit résoudre le problème en 2s s’il s’agit d’un problème facile, soit, si c’est un peu plus grave, auquel cas tu ne peux rien faire et lui non plus, il pourra l’envoyer chez Canon)

Il y a 11 ans et 10 mois

C’est exactement ça!
Je peux pas dire mieux concernant la pratique, il faut essayer, on ne gache plus de pellicule ce serait dommage de s’en priver.
Oopsy demandait combien de temps ça prenait pour être à l’aise : ça dépends juste de la quantité de pratique !
Il s’agit pas de passer 24h non-stop à faire des essais intensif, le plus important, c’est d’appréhender son matériel, essayer des réglages, et regarder sur son écran au calme le résultat. On peut noter sur un carnet les réglages qu’on a utilisé pour chaque photo (ou sinon les lire à partir des infos exifs, on vous expliquera comment faire ça).

Il y a 11 ans et 10 mois

@OoPsy : si t’es du genre « je comprend vite, mais faut me répéter longtemps », et que tu es pas à 30€ près : http://www.amazon.fr/Pratique-lexposition-photographie-Bryan-Peterson/dp/2212672845/ref=pd_sim_b_1

Là, il répète suffisamment longtemps pour comprendre quand, quoi et pourquoi choisir entre priorité ouverture, priorité vitesse et manuel. Parfois, un livre c’est mieux qu’un « tuto » sur le net 😉

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser