Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

La tête dans les étoiles

Un ciel étoilé, pur. Et la Voie Lactée en toile de fond. La photo de ciel étoilé n’est pas difficile en soi mais nécessite des prérequis astronomiques indispensables pour comprendre comment les astres au-dessus de nous fonctionnent.

…………………………

– Prérequis : quelques notions d’astronomie –

Faire de la photo de ciel étoilé sans connaitre un minimum d’astronomie est difficile car par expérience, on a beau essayer, si on ne sait pas comment fonctionnent les astres qui tournent autour de nous, le résultat sera très moyen. Voici donc pour nous amateurs de photographie quelques notions d’astronomie indispensables à la prise de vue :

1. La pollution lumineuse :

C’est le principal facteur qui vous permettra (ou non surtout) de faire de la photo de ciel étoilé. En effet, la pollution lumineuse est la présence dans le ciel de lumière artificielle gênante pour la prise de vue de ciel. Cette pollution lumineuse est extrêmement présente dans les grandes villes où il est nécessaire de faire plusieurs dizaines de kilomètres afin d’atténuer les effets des lumières « oranges » des villes.

Pour avoir le moins de pollution lumineuse, il n’y a pas d’autres solutions que de s’éloigner des villes. De plus, l’altitude permet de réduire les effets de la pollution lumineuse. C’est pour cela que les téléscopes les plus performant se situent en altitude et loin des villes.

Pour vous faciliter la tâche et afin de savoir où se situe les spots avec la meilleure visibilité possible, vous pouvez consulter l’excellente carte de la pollution lumineuse en France sur le site d’Avex-asso.org. Une carte juste indispensable !

2. L’Etoile de la Mort. Euh. Polaire.

L’étoile polaire est une étoile qui se situe près de l’axe de rotation de la Terre. De ce fait, si vous voulez, par exemple, faire un filé d’étoile (nous y reviendront), il faudra cadrer pour que cette étoile face partie de votre photo.

Dans l’hémisphère nord, pour trouver l’étoilé polaire, il faudra lever les yeux au ciel et chercher une étoile particulièrement lumineuse (c’est la 48e étoile la plus lumineuse visible de notre ciel actuel). Plus facile à dire qu’à faire pour les non initiés comme moi, le plus simple dans un premier temps est si vous ne la trouvez pas, est de pointer vers le nord (ah oui une boussole est également indispensable) et de faire une très longue pose pour voir comment les étoiles « tournent ». Si vous voyez une étoile qui semble immobile sur votre photo, c’est que vous avez trouvez l’étoile polaire.

Je vous conseille également de vous procurer une carte du ciel étoilé. Gratuitement sur le net ou disponible en magasin spécialisé pour une dizaine d’euros afin d’essayer de reconnaitre quelques étoiles durant votre observation du ciel.

Attention également : la position des étoiles varie en fonction également de la position de la Terre sur notre ellipse solaire (logique me direz-vous) : un ciel en septembre est donc différent (au moins la position des étoiles) qu’un ciel en mars par exemple. Et cela dépend également que vous soyez situés dans l’hémisphère nord, ou dans l’hémisphère sud : la vision du ciel sera totalement différente car vous ne verrez pas les mêmes constellations que vous soyez en France ou en Nouvelle Zélande par exemple.

3. La Voie Lactée ou notre galaxie en un coup d’oeil

Voir la Voie Lactée est un pur bonheur et on se dit qu’on est bien petit dans ce monde. La Voie Lactée est en fait la vue de l’extrémité de notre galaxie, la Terre étant à l’autre extrémité : on voit donc l’autre partie de la grande spirale constitué de notre système solaire. Et pour voir la Voie Lactée (ou Milky Way pour les anglophones), pas de mystère, il faut d’excellentes conditions météorologiques : pas de pollution lumineuse, mais également un temps clair sans nuage. Et chose qu’on peut oublier : une nuit bien noire. Et pour avoir une nuit bien noire, il ne faut pas de lune car notre satellite fait office de source lumineuse (réflexion de la lumière du soleil) et va donc parasiter vos photos de ciel étoilé. Sur la photo ci-dessous, la photo a été prise à 3h du matin, dernier quart de lune : on se croirait en plein jour (ou presque). Il faudra donc choisir une soirée avec une nouvelle lune (c’est à dire sans lune contrairement à son appellation) pour ne pas être gênée par celle-ci. Et pour savoir les phases de lune, un bon calendrier fait l’affaire !

…………………………

– Exemple pratique : photos de Voie Lacté et filés d’étoile (ou startrail) –

Après avoir assimilé ces quelques prérequis en astronomie, attaquons nous à la pratique avec quelques photos de Voie Lactée et un filé d’étoile (ou startrail).

Comme dit précédemment, il est nécessaire d’éviter un maximum la pollution lumineuse. Personnellement, après quelques essais très moyens à une dizaine de kilomètres de Lyon, j’ai décidé d’aller en montagne, et précisément à 2100m d’altitude pour être certain d’avoir un minimum de lumière issues des villes. Et pour le choix du spot, ce sera le lac de Peyre, en Haute Savoie, avec une belle vue sur les Aiguilles Rouges, et le Mont Blanc. Et çà permet de faire une petite randonnée. Et accessoirement un peu de sport.

En terme d’équipement, deux choses indispensables : un trépied, et un objectif à grande ouverture, si possible grand angle. Bien entendu, si votre boitier peuvent monter en sensibilité, c’est un avantage. Personnellement, un Canon 17-40L et un Canon 15mm f2,8 fisheye feront l’affaire, en plus de mon 5D mark II. Une télécommande peut être utile mais vous pouvez vous en passer (pensez au mode retardateur 10 secondes). Par contre si votre boitier n’est pas équipé d’un intervallomètre, il sera indispensable d’en avoir une pour votre filé d’étoile. Ou passer sa nuit à déclencher mais je ne vous le conseille pas.

Dans notre cas, n’oubliez pas qu’on est en montagne et même si lors de cette sortie, nous étions fin août en pleine canicule (sur Lyon il devait faire 40°C), à 2100m d’altitude, il fait froid donc n’oubliez pas polaires, bonnets, gants et barres de céréales. Pour les plus courageux, une nuit à la belle étoile avec un bon sac suffit en plein été.

1. La Voie Lactée

Comme dit plus haut, pour voir la Voie Lactée, il faut attendre que la nuit soit noire. Si les conditions sont bonnes, vous la verrez très rapidement.

Pour cette photo :

Objectif : Canon 15mm f2,8 fisheye

Je n’avais pas assez de recul avec mon 17mm pour avoir à la fois la Voie Lactée, et le lac de Peyre en bas. Le Canon 15mm f2,8 fisheye permet d’avoir une vision 180°.

Ouverture : f2,8

La plus grande ouverture pour laisser entrer un maximum de lumière.

Vitesse d’obturation : 30s MAX

Vous serez tenté d’augmenter la vitesse d’obturation au delà des 30 secondes : c’est à proscrire. En effet, au delà des 30 secondes, on ressent sur les photos la rotation de la Terre, et donc le déplacement des étoiles. Vos étoiles seront donc floues si vous dépassez cette valeur. En aparté, pour une photo de lune par exemple, cette limite est d’1s30 environ, au dessus, votre lune sera floue.

Sensibilité : 3200 iso

Comme mon ouverture et ma vitesse d’obturation sont figées, il est nécessaire de jouer sur la sensibilité de votre capteur. Pour ma part, je suis monté à 3200 iso mais à 2500 iso la photo est exploitable.

2. Le filé d’étoile ou startrail

Le filé d’étoile (ou startrail) consiste à capturer la course des étoiles sur une seule photo. Certains vous diront qu’il est nécessaire de faire une très grande pose en laissant son appareil photo prendre une photo avec un temps d’exposition de plusieurs heures : c’est une erreur. En effet, vous risquez d’une d’avoir une photo complètement cramée, et deux d’abimer votre capteur en le laissant trop chauffer.

Mauvaise méthode : Longue pose de 18 minutes (même si le résultat est satisfaisant)

 

La bonne méthode est de faire plusieurs photos avec des temps d’exposition plus court, et d’assembler le tout via logiciel, comme Starmax sur PC. Ou alors Photoshop que nous verrons plus bas.

Pour prendre une centaine de photo à intervalle régulier, vous pouvez vous équiper d’un intervallomètre : avec cet outil, vous pourrez programmer les prises de vues en définissant notamment l’intervalle entre chaque prise de vue, ainsi que le temps d’exposition et le nombre de photo à prendre. Très pratique.

Pour ma part, je me suis équipé de l’intervallomètre Hahnel Giga T Pro pour Canon (mais mon petit doigt me dit qu’il est possible de s’en fabriquez un). Ou pour les plus geeks, d’utilisez les logiciels de la marque de votre boitier et de brancher l’appareil sur l’ordinateur pour déclencher à intervalle régulier.

Dans notre cas, on va faire 60 photos grâce à l’intervallomètre avec un temps d’exposition de 2 secondes, ouverture f2,8 et iso 200 : pour info, première photo prise à 1h27, dernière à 3h35.

Une fois toutes les photos prises, on va les assembler sous Photoshop :

Ouvrir toutes les photos sous Photoshop.

Le principe est de garder la première photo comme base et d’utiliser les autres photos. Pour cela, on va choisir la deuxième photo de votre shooting et aller dans Calque > Dupliquer le calque …

Nommez votre nouveau calque et mettez la dans la première photo (qui sert de base). Ce nouveau calque sera automatiquement au dessus de la pile de calque :

Sélectionnez le nouveau calque (ici nommé startrail1) et appliquez l’effet Eclaircir :

Renouvellez l’opération pour les n photos prises :

Résultat final :

On peut voir sur cet assemblage de photos l’étoile polaire au centre des cercles créés par la rotation des étoiles (en fait la rotation de la Terre mais bref.).

Vous voilà prêt à avoir les yeux rivés sur les étoiles ! Prochaine étape après avoir compris la technique de l’intervallomètre : le timelapse (mais ça, ce sera pour un prochain tuto).

commentaires

Ajouter le vôtre
Il y a 5 ans et 7 mois

Meine Güte, kauft das Buch einfach nicht.
asos prom dress http://www.asosdresses.net/prom-dresses_c86.html

Il y a 6 ans et 12 mois

The foreign currency market has been around in their existing create, termed as a sailing share quot

Avatar par défaut
Arnaud
Il y a 7 ans et 2 mois

Enfin une page claire avec tout bien résumé et des exemples !
Je vais essayer ca ce we 🙂

Avatar par défaut
clemlize
Il y a 7 ans et 8 mois

Bonsoir, merci pour votre article très intéressant!
Pouvez-vous me conseiller une ouverture et ISO pour un star trail?? avec un canon 5d mark ii et un objectif fisheye canon 8-15mm f/4.

cordialement

Il y a 8 ans et 6 mois

avec Gimp plutôt que photoshop.
Les logiciels libres sont faits pour et appartiennent à l’humanité.

Il y a 8 ans et 11 mois

Merci pour cet article très enrichissant. Je me prévois rapidement une session de nuit. On va se cailler.

Il y a 9 ans

Superbe article, merci D@dou. Les photos sont elles aussi très belles.

J’apporte aussi ma modeste pierre à l’édifice :
– ouvrir l’objectif au maximum permet effectivement de laisser rentrer davantage de lumière mais ça dégrade les performances de la plupart des objectifs sur des objets ponctuels. En général, on s’en rend peu compte… sauf sur des étoiles qui sont des objets ponctuels par excellence. Mieux vaut donc prendre un objectif qui ouvre beaucoup et le fermer de quelques diaphragmes
– un point qui n’est pas du tout abordé dans cet article : le suivi : avec un téléscope motorisé, une bague d’adaption pour y mettre notre cher appareil photo, on peut faire de très belles choses pour par cher (constellations, nébuleuses, galaxies)

Il y a 9 ans

la photo du lac avec la lune est superbe, ça donne envie de s’y essayer 🙂

Merci David!

Il y a 9 ans

Juste parfait et un grand merci. Pour quelqu’un qui va recevoir très bientôt un trépied solide et qui a eu la riche idée d’acheter un intervallomètre, cet article est royal !

Il y a 9 ans

Yummy

Il y a 9 ans

Merci pour les infos et désolé d’avoir raté le commentaire plus haut.

Il y a 9 ans

Petite précision: tu dis qu’il ne faut pas passer au dessus de 30s de pose sous peine de ressentir les effets de rotation de la terre. Il me semble que cela dépend de ta focale et que, si tu es au télé, ce temps doit être considérablement réduit.

Et une question en prime: un ordre de prix pour un intervallomètre?

Excellent article en tout cas!

Il y a 9 ans

@ D@dou : il existe aussi des logiciels « cartes du ciel » pour iphone ; explemples : un gratuit : « planètes » et un payant « starwalk »

Il y a 9 ans

hallucination sur le startrail en montage toshop. On voit là bien la différence avec l’argentique où justement on fait de la pose ultra longue.

Il y a 9 ans

Bien vu Yohann, j’allais le recommander également !

Avatar par défaut
Yohann
Il y a 9 ans
Il y a 9 ans

Ça c’est du tuto, merci D@dou !

Il y a 9 ans

Sympa l’article, ça donne envie d’essayer ! Dommage que je sois en région parisienne, pas top pour la pollution lumineuse :/

Peux tu également nous préciser quoi faire pour la balance des blancs ?

Il y a 9 ans

Super intéressant.

Au début de l’article j’étais « Oooh les photos d’étoiles mouais… » Et à la fin « Ouh pinaise je veux en faire ! »

Il y a 9 ans

J’ai posé la question dans mon 1er commentaire si dessus et sendell a donné la réponse… (cf plus haut)

Les intervallomètres Hahnel Giga T Pro valent dans les 80€ chez Geek Trend par exemple; c’est sans fil, ça fait intervallometre et c’est même moi cher que la télécommande filaire de base de chez canon… donc faut pas hésiter.

Il y a 9 ans

Excellent article.

Manque plus qu’une macro PS pour passer tous les calques en mode « Eclaircir ».

Il y a 9 ans

Super article!!
Mais bon du coup avant d’attaquer le timeplase, il faudra revenir sur l’intervalomètre plus en détails afin de se faire une idée concrète du matos qui nous manque!!

Il y a 9 ans

Je cherche « planètes » je trouve pas 🙁

Il y a 9 ans

Ola
Quelques remarques et réponses :
– Pour trouver l’étoile Polaire, le plus simple est d’utiliser la constellation de la Grande Ourse, connue et facile à repérer : en prolongeant l’alignement des deux étoiles le plus extérieures de la « grande casserole » 4 fois, on tombe sur la Polaire !
– Le temps de pose maximal pour qu’une étoile reste ponctuelle dépend de l’échantillonnage (champ angulaire pour chaque pixel, dépendant donc de la focale et de la taille des pixels), et de la déclinaison de l’étoile : elles ont toutes la même vitesse angulaire, mais plus une étoile est éloignée du centre de rotation (la fameuse Polaire) plus son mouvement relatif va être important… Dans la pratique à 8mm avec un EOS7D le filé apparait sur les étoiles proches de l’équateur céleste en moins de 30secondes, pour la théorie je vous laisse à http://www.astrosurf.com/fred76/pose.html
– Pour le temps entre deux clichés de filé d’étoiles : autant faire au plus court pour éviter tout pointillé, qui peut très vite apparaitre
– En plus d’empiler les images pour faire une photo de filé (utiliser StarTrails ou StarMax, plus faciles et plus poussés pour ça que Ps !), on peut les faire défiler dans une vidéo et sortir de jolis timelapses > http://www.vimeo.com/album/1586420
– Et non les reflex Canon n’ont pas d’intervalomètre intégré, alors qu’il y en a un sommaire dans le PowerShotG10…

Avatar par défaut
christianbaujard
Il y a 9 ans

Tres bon tutoriel.
Existe t’il un intervallometre pour le lumix GF2 ?

Il y a 9 ans

Superbe tuto, superbes photos !

Il y a 9 ans

Superbe article! Merci pour tout ces détails.

Pour completer le combat des lumières parasites lors de poses longues, on peut utiliser le cache viseur pour empêcher la lumière d’entrer « par derrière » (on arrête les ricaneries au fond =P). Oui oui, le bout de plastique qu’on a sur nos courroies dont on sait jamais à quoi il peut servir :)!

Question: je me rappelle avoir vu dans les menus d’un Nikon D700 que j’avais emprunté l’intervalometre (je suis équipé Canon). Aucun boitier Canon n’a cette option?

Il y a 9 ans

Et pour ceux qui n’ont pas envie d’ouvrir et de traiter 200 fichiers d’une bonne dizaine de Mo chacun dans Toshop et de risquer d’avoir un ordi freezé pdt dans heures, il existe des solutions automatisées :

Pour tout ce qui est image fixe : http://deepskystacker.free.fr/french/index.html
Pour les startrails : http://www.startrails.de

Pour les intervallometres, si tu ne pas utiliser les logiciels fournis, par exemple si tu utilises linux, il y a gphoto

Il y a 9 ans

Merci pour cet article assez complet.
C’est marrant cet article tombe pille poil, parce que j’étais justement en train de chercher des spots pas trop loin de Paris avec la carte que tu donnes en lien.
Faut minium aller vers Orléans, pour avoir un ciel pas trop pollué, mais ça peut se tenter.

Au passage il me semble avoir lu quelque part que le temps de pose maximum pour ne pas avoir de filé était lié à la longueur focale de l’objectif utilisé mais je ne retrouve cette info nulle part. Si quelqu’un connaît cette règle, j’apprécierai qu’il me rafraîchisse la mémoire.

Il y a 9 ans

« Dans notre cas, on va faire 60 photos grâce à l’intervallomètre avec un temps d’exposition de 2 secondes, ouverture f2,8 et iso 200 : pour info, première photo prise à 1h27, dernière à 3h35. ».

Il aurait été intéréssant de spéficier l’intervalle entre les photos (même si c’est calculable), histoire de pouvoir un peu quantifier le temps nécessaire entre deux poses pour avoir un effet de filé.

Il y a 9 ans

David, marions-nous.

Il y a 9 ans

Euh. Non. 🙂

Il y a 9 ans

Ah oui exact j’ai omis de le mettre. Je mets à jour ce soir l’article, je n’ai pas les données sous les yeux. Merci pour cette remarque !

Il y a 9 ans

Pour l’intervalle, c’était 10 secondes. Donc quasiment tout de suite en fait.

Il y a 9 ans

Merci !

Ah oui, bien vu le cache viseur, on y pense rarement !

Pour les Canon, hormis les 1D où l’intervallomètre est intégré au grip, il n’y en a pas sur les autres gammes, enfin à ma connaissance.

Il y a 9 ans

Thanks !

Il y a 9 ans

Merci ! Dommage pour mon iPhone ! (car appli juste sur Android visiblement)

Il y a 9 ans

Merci ! Dans la région parisienne oui c’est difficile mais lors des anciennes sorties Lense Party Fontainebleau, on voyait bien les étoiles. A voir si on les voit suffisamment.

Pour la balance des blancs, j’ai intentionnellement mis sur Tungstène pour refroidir au maximum la colorimétrie. Mais comme j’ai shooté en raw, on peut justement à loisir modifier la balance des blancs pour avoir d’autres teintes.

Il y a 9 ans

Merci pour l’expertise ! (vivement l’ouverture du forum héhé)

Il y a 9 ans

Merci pour le lien sendell

Il y a 9 ans

Merci ! Je pense qu’on y reviendra sur l’intervallomètre en détail sur le tuto sur le timelapse.

Il y a 9 ans

Merci ! J’ai eu la même impression en regardant les photos de ciel étoilé sur le net 🙂

Il y a 9 ans

Merci !

Cool si cet article tombe pile poil pour ta recherche de spot, n’hésite pas à nous faire partager tes futurs clichés !

Pour le temps de pose lié à la focale, sendell a la réponse plus bas 🙂

Il y a 9 ans

Merci !

Effectivement, une bonne macro serait le top (désolé je ne suis pas un expert photoshop !)

Il y a 9 ans

Merci Elsa ! Et merci pour la relecture 🙂

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser