Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Vos droits de photographe

Car la photo peut aussi apporter quelques complications, on va aborder ici le côté légal ; et les ennuis qu’on peut rencontrer à photographier à tout bout de champs. ^^

Gentils flics?

Depuis le début d’année, je lis de plus en plus d’articles et de posts qui rapportent des agressions de la part de forces de l’ordre contre des photographes. Ça a commencé à m’inquiéter et je me suis dit qu’il serait intéressant de faire un état des lieux.

Vous avez bien lu ! Je parle d’agressions de la part de policiers/agents de sécurité envers des photographes…
A Londres par exemple, les photographes (et vidéastes) sont mêmes considérés comme des terroristes, et le gouvernement approuve complètement (mais ça donne lieu à des parodies amusantes heureusement).

Ici une vidéo d’un journaliste qui se poste dans le centre de Londres pour prendre quelques images et attends de voir ce qui se passe :

Même si je ne doute pas que les policiers font leur travail et suivent les instructions qu’on leur donne, ça ne les empêchent pas d’être corrects.

Photo-rebels

Sur le web, de nombreux bloggeurs se rebellent (JPG Mag avait carrément consacré un numéro au sujet), crient leur indignation et postent pas mal d’informations sur les droits que vous avez face aux représentants des forces de l’ordre.

Un cabinet d’avocats américain vous fournit un guide décrivant vos droits, valable pour les citoyens US et sur le sol américain. Attention à pas trop faire le malin quand même, si vous cherchez la bagarre on vous aura prévenus.

Photopermit.org essaie de recenser toutes les attaques contre les photographes et de défendre leurs intérêts.
On peut voir ici par exemple une équipe de reportage qui suit une sortie organisée par des photographes/bloggers pour sensibiliser le public sur le sujet.

Comme vous le voyez toutes les références que j’ai retrouvées sont en anglais et concernent souvent des faits qui se sont déroulés en Angleterre ou aux états-unis.

Et en France alors?

Je me suis demandé comment cela se passait en France et si vous aviez déjà eu ce genre de problème. Personnellement, on m’a interdit de photographier dans une expo récemment alors que le consignes officielles interdisaient seulement le flash : les agents de sécu on carrément fait du zèle, rien de grave on en est pas venus au mains, mais j’étais assez remonté.

Je ne suis pas du tout expert en droit, et les amis juristes avec qui j’en ai discuté dernièrement ne se prononcent pas car il ne s’agit pas en général de leur spécialité.

On m’a quand même précisé de faire très attention à distinguer le droit de photographier et le droit de diffuser les images.
Apparemment, une personne que vous prendrez en photo dans un espace public ne pourra vous interdire de prendre un cliché, mais vous aurez absolument besoin de son autorisation pour diffuser son image.

Dans le même ordre d’idée, vous ne pouvez pas prendre des photos n’importe où. Un parc dans Paris ne sera pas forcément considéré comme un espace publique. Lors d’un évènement derrière Notre-Dame, le gardien du parc nous a dit que l’on pouvait faire autant de photos que l’on voulait avec nos gros zooms, à condition d’être sur la voie publique (le trottoir) à l’extérieur du square…

Certains peuvent apporter des précisions ? Cela vous inspire/intrigue/laisse indifférent comme sujet?

N’hésitez pas à faire évoluer le débat dans les commentaires…

commentaires

Ajouter le vôtre
Il y a 11 ans et 11 mois

faisant beaucoup de photo de rue, de personne plus précisément dans la rue, j’ai pour le moment j’avais eu de soucis particulier..

par contre je fais pas de photos de flics car j’ai pas envie qu’on m’emmerde…

Avatar par défaut
Davee
Il y a 12 ans et 1 mois

a href="https://www.lense.fr/les-lensers/photos/recentes?s=15_">#15_.Kev: Dans la photo des « flics flou » j’aime bien la catégorie ( Nature & découverte )

Au sujet des photos dans les lieus publics, personnellement je m’en suis toujours sorti avec un sourire et un mot gentil, parfois même une petite blague.

Au niveau des droit à l’image, je pense que c’est tout à fait normal que ça exite sinon il n’y aurait pas de limite c’est pas bon. Cependant faut pas exagérer non plus, demander des tunes pour une photo de vous dans la rue en train de marcher ça serait ridicule. Faut un équilibre.

C’est comme disait le medecin de mon grand-père:
« -faut éviter les excès mon vieux. »

Pour finir je dirait simplement que les extrêmes ne sont pas bonnes,alors restont modéré.

ho pis encore un truc, il ya quelques temps de ça une affaire à fait jurisprudence en donnant raison au photographe. Un agriculteur demandait des droits sur la photo de son champ.
Le tribunal à répondu qu’il aurait déparation s’il prouvait qu’il y avait un préjudice quelconque. Je doit avoir des précision sur mon disque, je pourrais les retrouver si ça intéresse quelques bonnes gens.

C’est plutot bon signe si ça continue dans ce sens. On pourra prendre beaucoup de chose si bien sure il n’y a pas « ridiculisage » ou « foutage de la gueule ».
Je trouverais ça tout à fait équilibré.

Il y a 12 ans et 1 mois

Je viens de lire l’article, et heureusement que je ne l’ai pas fait avant mon séjour à Londres, me connaissant ça m’aurai bloqué.
Voilà qui doit expliquer pourquoi un anglais nous as dit « You Have A Bad Attitude » et s’est un peu énervé…

Il y a 12 ans et 1 mois

Oui c’est encore moi 🙂

Promis ce sera court.

Je viens d’acheter par curiosité (si si c’est vrai) un bouquin intitulé « guide 2008/2009 du photographe professionnel » de Dominique Le Fouler.

http://www.amazon.fr/Guide-du-Photographe-professionnel/dp/2867393744/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1220275455&sr=8-2

C’est une BIBLE jetez vous dessus!!!

J’ai pas encore tout lu mais le sujet abordé dans ce post y est par exemple très bien abordé et surtout très clairement expliqué.

Et il y a aussi toutes les questions relatives à la professions telles que statuts, couverture sociale, statut fiscal etc…(je dis ça pour ceux que cela pourrait intéresser).
Par contre la partie sur le statut fiscal est un peu light et moins claire.

Il y a aussi un autre ouvrage qui s’appelle « Le photographe : Guide pratique et juridique pour le professionnel et l’amateur  » et qui doit etre très bien aussi.

Voilà 🙂

Il y a 12 ans et 1 mois

Alexandre Baron > je comprends tout à fait ton point de vue mais je ne suis toujours pas sûre que ce soit le « lieu »…

Pechinois > être un « très haut gradé de la police » ne fait pas d’un individu un juriste « au courant », loin de là (surtout en matière de Droit civil).
Le fait d’endosser un uniforme n’anéantit pas pour autant les droits liés à la personnalité du concerné. En gros c’est pas parce que demain je signe pour être flic que je refile mon image et le droit qui va avec à l’État français…
Et puis c’est aussi une question de respect de la personne. Ça n’est pas parce qu’il est flic qu’il ne faut pas lui demander son avis. Ça me parait quand même être la moindre des choses… non?

Il y a 12 ans et 1 mois

Perso un jour de manif j’ai voulu prendre un policier qui avait un faux air de morpheus ( le black dans matrix…) et en quelques secondes seulement, et la je ne blague pas je me suis retrouvé encerclé par tout un groupe de policiers, j’ai eu le droit a un controle d’identité et a un tas de questions, et alors que je comptais bien avoir le dernier mot un mec en costar (apparament de la police…) est venu me dire je cite » bon monsieur on ne va pas se facher vous aller reprendre votre chemin, continuer la manifestation comme tout le monde et je ne veut plus revoir… » je lui ai donc répondu fièrement que j’avais le droit de le prendre en photo lui et ses amis si je le voulais ce à quoi il m’a répondu « vous voulez qu’on continue cette discussion au poste avec mes collègues, ça risque de prendre quelques heures… »j’ai donc passé mon chemin pour pas faire plaisir à ce gros c**…

Par la suite j’ai demandé a un proche, très haut gradé de la police qui m’a confirmé que l’on pouvait prendre les policiers en photo et que l’on ne risquait rien du tout…

Avatar par défaut
PandaPacha
Il y a 12 ans et 1 mois

J’avais gardé ce lien sur le droit à l’image des biens et des personnes en réserve il y a un bout de temps :
http://www.virusphoto.com/32963-le-droit-a-limage-des-biens-et-des-personnes.html

Il y a 12 ans et 1 mois

ben une étudiante en photojournalisme et un photographe arrêté c’est en rapport avec la photo.
n’ayant pas trouver de fil plus approprié, je les ai mis ici a titre d’information.
moi perso, ça m’a toucher…

Il y a 12 ans et 1 mois

Je ne saisis pas(du tout) l’intérêt des liens, désolée.

Il y a 12 ans et 1 mois

Ben moi l’autre jour chez Ikéa, j’ai voulu prendre en photo un luminaire avec mon téléphone portable et un petit bonhomme rouge de la sécurité m’a dit qu’il était interdit de photographier !!

Je sais, rien à voir avec la choucroute, mais j’avais envie de le dire !

Il y a 12 ans et 1 mois

@Pics : les derniers jugements sur ce genre d’activité (photo de
personnes dans le metro par exemple) prennent en compte le coté « artisitique » de la chose.
Mais je te conseil fortement d’avoir une certaine notoriété avant de tenter des trucs comme ça…

Personnellement je me sens encore trop timide pour demander à des gens dans la rue de les prendre en photo alors je m’abstiens.
Je ne suis pas sûr que la photo soit moins naturel, il suffit d’attendre que la personne se détente.
« Voler » des portraits à des inconnus ne m’intéresse pas. Si je fait une bonne photo j’ai envie de pourvoir la montrer et de pouvoir répondre aux questions du publique (ouai moi aussi je serai une star un jour !) du style « Qui c’est ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Pourquoi il a l’air triste.. »
Bon je ne dit pas qu’il y en a qui arrive à capter des « instant décisif » à la Doisneau, mais est-ce que ça arrive vraiment à des gens ici ?
Et puis dire que l’on fait de la photo « humaniste » sans échanger ne serait-ce qu’un regard avec son sujet vous ne trouvez pas que c’est contradictoire ?
De ce que j’ai pu voir des photographes de voyages, ils demandent un accord, au moins par un échange de regards, avant de photographier.

Enfin c’est mon avis, libre à chacun d’en avoir un autre. Je trouve que mes photos ou le sujet à conscience d’être photographié sont mieux que les volée, à vous de juger sur cette série par exemple : http://benemie.fr/Gay-Pride-2008-a-Paris.html

Il y a 12 ans et 1 mois

Alors attention, je parle de problèmes que j’ai eu… mais la plupart du temps, ca se passe bien einh. Sauf que de plus en plus, les gens refuse qu’on les prenne en photo pour des raisons obscure. Ronis n’a jamais demandé une autorisation. Actuellement, il se plaint de ne plus pouvoir travailler à cause de cette dérive sécuritaire. Donc, je maintiens, les photographes humanistes aujourd’hui ne pourrait pas exister, pas de Doisneau ni de Capa ou de Boubat. Je refuse de demander les autorisations avant, c’est idiot, c’est plus de la photo vrai. Après, c’est souvent trop tard, les personnes sont parties.

Ceci dit, dans la majeur partie du temps, je n’ai vraiment pas de problèmes. Mais ils arrivent parfois que ca se passe pas bien, mais c’est pas souvent. Et je ne parle plus de « respect » parce que c’est un terme qui ne veut plus rien dire tellement on l’utilise à toutes les sauces.

Il y a 12 ans et 1 mois

Je reste sceptique sur le « merde au droit à l’image ».
Perso, même si je ne suis pas forcément parano sur le fait de me retrouver « affiché » en photo sur le web ou ailleurs, je suis quand même plutôt pour le fait d’avoir le droit d’interdire éventuellement une publication.

Mais ça c’est parce que je veux être sûr de ne laisser passer aucune photo compromettante pour quand je serai une star. ^^

Il y a 12 ans et 1 mois

Dans le même genre, même si cela ne concerne pas des personnes, lu ce matin dans 20minutes:
« Même une simple vue d’extérieur, montrant un enchevêtrement de gravats derrière un mur, ne plaît pas vraiment. 20 Minutes en a fait l’expérience. Dimanche, deux de ses journalistes ont subi un contrôle d’identité complet réalisé par cinq policiers postés en permanence sur le site, et ont dû effacer leurs images, prises de la rue. »
http://www.20minutes.fr/article/247090/Paris-Le-CRA-de-Vincennes-ne-veut-pas-griller-son-image.php

Avatar par défaut
Shigoo
Il y a 12 ans et 1 mois

Super article interressant, j’ai appris plein de choses 😀 merci a vous 🙂

Il y a 12 ans et 1 mois

En allant aux rencontres internationales de la photographie à Arles le week end dernier, j’ai vu une expo où Joachim Shmid exposait l’ensemble de sa collection de photos trouvées. Bien sûr, ne sacahnt pas à qui elles appartiennent au départ il ne peut avoir d’autorisation de la part de la personne figurant sur chacune d’elle.

Pourtant il y avait des photos assez intimes avec hommes et/ou femmes nus, ou dans d’autres situations qui pourraient déranger (par exemple être à un endroit où ils n’auraient pas dû être…).

Je me posait la question du droit sur l’image dans ce cas là. Car je ne pense pas que la ville d’Arles s’amuse à faire n’importe quoi…

Il y a 12 ans et 1 mois

Vive xuoan !!

C’est pas mal de connaitre ses droits mais finalement la photographie c’est une histoire humaine. Il m’arrive régulièrement de ne pas prendre la photo. Parfois je demande avant parfois apres… mais avec nu oui de la tete je m’autorise a publier sur flickr.

Il y a 12 ans et 1 mois

Ah et puis le coup du « merde au droit à l’image », je crois que ça s’applaudit.
(Ou pas.)

Il y a 12 ans et 1 mois

Xas: Puisque la photo de concert c’est mon dada, je me permets de refaire un commentaire fleuve 🙂

D’ailleurs on a du se croiser au Jazz festival puisque j’y étais aussi sur pas mal de concerts.
(j’avais la chance d’être accréditée donc j’ai pas eu ton souci.)

Le fait que le concert soit gratuit, tout comme le fait que l’artiste exerce un métier public, cela ne lui enlève pas ses droits à l’image.
Sauf erreur de ma part, les droits sont exactement les même.
La seule différence c’est qu’ils sont plus difficiles à faire respecter vu qu’il n’y a pas de lieu clos et donc pas de fouille à l’entrée.

La tolérance existe concernant les compacts et les téléphones parce que ce sont des appareils généralement grand publics qui en concert délivrent des images pas terribles et que le but est de ramener un souvenir.
Et concernant ces images là d’ailleurs il est également interdit de les diffuser sans autorisation, mais là encore, la tolérance demeure surtout quand elle est en faveur de l’artiste.

Il n’y a par contre pas cette tolérance pour quelqu’un qui vient avec son reflex armé d’un 70-200 pour une raison très simple: là, la photo est de qualité, peut être exploitée et surtout vendue.

Alors certes, la qualité des compacts et surtout des bridges tend à rendre tout ça de plus en plus faux. Mais il reste encore une marge pour les photographes de concerts.
Et c’est cette marge qui encore aujourd’hui fait que le système des accréditations (ou pas photo) existe

Si on t’attribue un pass ça permet aux artistes de vérifier au moins un peu ce que tu fais et d’exercer leur droit à l’image si un cliché ne leur plait pas.

Même les photographes accrédités ne peuvent pas shotter comme ils veulent.
Il est très fréquent par exemple d’avoir un pass photo pour seulement les 3 premières chansons.

Enfin, photographe de concert est un métier et c’est aussi (entre autre) pour le préserver mais surtout pour leur garantir de bonnes conditions de travail que tout ce système d’accréditation certes contraignant (c’est pas moi qui dirait le contraire) subsite.
C’est en tout cas ce que me disent les pros avec lesquels j’en pu en parler et ils ont des arguments qui se tiennent. Si ça vous intéresse je vous linquerait des sites ou des discussions qui en parlent.
Mais bon c’est encore un autre débat.

Sinon pour ce qui est de l’argument « demander à quelqu’un son autorisation ça le fait poser » je suis pas trop d’ac.

Enfin je m’explique:
à mon sens il faut avoir un accord au moins tacite quand les gens te voient.
De toute façon quelqu’un qui te voit prend forcément la pose.
C’est un réflexe.
Peu de gens restent naturels face à un appareil.

Le reste ce sont des photos volées.
Et moi les photos volée j’avoue je ne les publie pas justement à cause de ça le plus souvent.

Il y a 12 ans et 1 mois

j’avais déjà vu cette vidéo, je ne sais plus si c’était sur un article de Xu ou autre part mais je me souviens très bien du « show me your passport » et du « shut up » à la fin.

Tout comme ici, la video avait engendré de vives réactions.

Il y a 12 ans et 1 mois

Haa, post intéressant !

Moi aussi, moi aussi.
Voyons, on m’a dit quelque chose par 2 fois je crois.
La première, une nuit, à la Villette. Je prenais des photos (cote abattoirs).
Au loin des agents sont venus me dire que je n’avais pas le droit de prendre ces lieux en photos.
Bon, le temps qu’ils viennent j’avais déjà fini, mais sur le coup je me suis demandé si mon trepied a joué dans la tête de ces 2 agents (municipaux, c’était pas des flics).
Je crois que la place est public mais pas l’abattoirs ? Enfin je ne sais pas.

La 2eme fois, c’était sur les concert de Jazz, sur l’Esplanade de la Defense.
Deja les précedents on m’avait jamais rien dit, mais sur le dernier, tous les photographes (enfin ceux avec des reflex, parce que coté compact et telephonephoto chut) se sont fait gentimment renvoyés.
C’était con, j’avais mon Zoom, donc j’ai pris au loin.
Je rappelle que les concerts de Jazz à la Défense sont des concerts publics, en plein air, et gratuit. A ce niveau je ne sais pas comment fonctionne la legislation.

Sinon merci pour l’info Chris, j’ai toujours pensé qu’il était interdit de prendre les flics sans leur accord.

Mais bon, demander une autorisation à quelqu’un *avant* de prendre la photo, je suis contre. C’est inévitable qu’il pose, et la photo devient nul… Ce n’est plus de la photo de rue…

Sans parler quand on prend un enfant en photo et que la mère se demande si vous n’êtes pas un dirigeant d’un groupe international de pédophiles…
J’avoue, j’aime pas me prendre la tête (je suis ronchon), du coup je me fais pas chier, je prend toujours en traitre, ou alors je met mon costume de ninja.

Il y a 12 ans et 1 mois

Personnellement je n’ai jamais eu de problèmes, même avec un trépied.
Et en tant qu’individu je suis content qu’il faille une autorisation pour diffuser une photo de moi prise en dehors d’un fait d’actualité.
Il faut savoir que ces dernier temps l’interprétation du droit évolue en faveur des photographes. Mais dans le même temps la perception des photographes par le grand public semble se dégrade…
Si je puis me permettre, pour compléter le sujet : http://benemie.fr/Photo-et-droit-a-l-image.html

Il y a 12 ans et 1 mois

zzzzZZZzzzZZZ…. 😀
Nan je rigole, j’ai lu jusqu’au bout et avec beaucoup d’attention Ji Hen ! Merci d’insister sur le côté personnel de la prise de photo. Je comprends très bien qu’on puisse être gêné à l’idée de poser, de se demander quelles réactions susciteront l’image. Le regard des autres est bien plus important pour certaines personnes que pour d’autres.

Merci à tous pour vos commentaires et précisions. Je pense qu’on a pas mal avancé àpropos de l’attitude à adopter pour éviter les ennuis.
Est-ce qu’il suffit d’être simplement peu plus humain avec ses sujets? Plus facile à dire qu’à suivre encore une fois…

Et n’oubliez pas, ce sont souvent les photographes eux-même qui ont le plus de mal à se laisser prendre en photo !

Il y a 12 ans et 1 mois

Oh la bon…. généralement sur ce type de débat, je ne suis pas trop d’accord avec mes collègues amateurs de photo de rue et cette fois-ci ne fait pas exception.

Mais bon fidèle à ma grande gueule, je vais quand même essayer de défendre ma position.

Autant sur le coté «journalistique » qui consiste à donner des images d’un évènement (manifs, évènements publics, concerts ou autres) je suis d’accord pour que la prise de vue soit libre.
Tout le monde sait qu’il y aura des photographes et il faut bien qu’ils puissent travailler.

Mais pour la photo de rue « classique » je suis moins d’accord.

Moi par exemple, j’ai beau être photographe, je déteste être photographiée (même si depuis que je pratique je fais des efforts) et c’est assez rare que je laisse quelqu’un que je ne connais pas me prendre en photo si je le vois faire (et évidement si je ne suis pas dans une situation où je sais que je risque de me faire photographier (concerts, manifs ou lieux touristiques).

Comme le dit Xav il faut distinguer deux choses clairement.

Le droit de prendre l’image et celui de la diffuser.
Généralement c’est par souci ou crainte de non respect du second que les gens vous refusent le premier.

Je m’explique :

Certes nous sommes tous ici bien intentionnés, nous le savons.

Donc à priori ça nous parait absurde à nous artistses « innocents » qu’on nous refuse de prendre une malheureuse photo qui à priori ne porte pas à conséquenses et qui peut être même ne sortira jamais des tréfonds de notre disque dur.

Sauf que…

…d’abord ça n’est pas écrit sur notre front (que nous avons de bonnes intentions).
La personne a qui vous demandez une autorisation de la photographier n’a QUE votre bonne parole pour se faire une opinion.
Jamais on ne demande au photographe une preuve de sa bonne fois, ou de signer un papier comme quoi il s’engage à ne diffuser l’image QUE dans telle circonstances librement convenues avec le passant qu’il veut photographier. (on ne le fait que dans le cas de photos de commande généralement et encore pas toujours).

Et pourtant….

Nous sommes les premiers à savoir qu’avec photoshop on peut faire n’importe quoi avec une image.
Ce droit à la vie privée et ce droit à l’image qui nous ennuie tant nous autres photographes de rue est la seule chose qui vous permettra d’agir (en justice notamment) si quelqu’un abuse de votre image à votre insu ou si la diffusion de l’image vous cause un préjudice (par exemple votre conjoint vous vois sur une photo de rue embrassant la main à une charmante autre personne… drame, divore etc…oui le cas parait extreme je sais mais c’est pour donner un exemple et que celui qui n’a jamais essayé de shooter des amoureux sur un banc me jette la première pierre !!!).

Je ne suis pas pour autant une passionaria du « faut arrêter tous les passants du carrefour pour leur demander leur avis avant de déclencher). Tout est évidement question de circonstances.

La rapidité d’une scène peut « obliger à déclencher » sans prendre le temps de demander leur avis aux intéressés.

Mais chaque fois que je le peux je demande au moins d’un regard leur avis aux gens qui composent l’élément principal du cliché. Surtout s’ils me voient, ça me parait être une question à la fois de politesse et de respect.

Généralement un sourire, une démarche active envers les gens et le fait que l’on ne donne pas l’air de se cacher suffisent à inspirer confiance voire même parfois à lier le contact.
Après je reconnais qu’étant une fille c’est peut être plus facile pour moi d’inspirer confiance que pour les garçons (je sais c’est con mais généralement je pense que ça reste assez vrai).

Et rappelez vous, c’est pas évident quand vous allez voir les gens que vous êtes le prochain Doisneau. En plus à son époque, même si les montages et détournement d’images existaient ça touchait nettement moins de monde qu’aujourd’hui et la généralisation de photoshop.
C’est normal que les gens soient plus méfiants aujourd’hui qu’il y a quelques années.

Et puis comme quelqu’un l’a fait remarquer la jurisprudence est plutot cool avec les photographes sur ce sujet (prises de vue de gens dans des lieux publics) à condition qu’il n’y ait pas d’atteinte à la dignité.
Ce qui à mon sens (mais là ça n’engage que moi) laisse pas mal d’espace pour travailler la photo de rue.

Et puis enfin dernier point qui me parait (le plus) important mais que personne n’a relevé : l’image quelque part, ça touche aussi à l’intime, la représentation de soi et beaucoup de gens ne sont pas du tout à l’aise avec ça.
A cotoyer des gens qui s’amusent avec leur appareil et leur image d’une façon générale on n’en oublie que pour beaucoup de gens encore le fait d’être pris en photo, par un inconnu de surcroit les met mal à l’aise (surtout que certains d’entre nous ont des jouets -appareils et objos- parfois impressionnant qui font un peu peur aux gens)

Et cette gêne peut exister même s’il s’agit d’un shoot de rue qui à vous, vous parait complètement innocent.

Et il me semble que quelque part, cette gêne là se respecte, justement parce qu’elle touche à l’intime.
Le fait de marcher dans la rue ne fait pas de nous des personnages publics.

enfin (promis après j’arrête) dernière petite précision juridique celle là, concernant les lieux publics ou touristiques et où il est interdit de photographier : C’est simplement soit par mesure de sécurité (même si la notion de « sécurité » est parfois abusive je le reconnais, soit parce que les images sont exploitées par l’Etat ou la société qui gère le site et sont donc déposées en tant que marque.
Exemple: la tour eiffel, son image éclairée de nuit est déposée par la société qui exploite la tour et en diffuser des images est en principe interdit.
Idem avec la cour du Louvre.
Je ne dis pas que c’est bien hein j’explique simplement.

Bon voilà désolée si mon message est trop long ou hors sujet, je ne voulais pas vous ennuyer hein.

Il y a 12 ans et 1 mois

Pour revenir à mon cas, le souci dans les plans d’ensemble d’une manifestation sportive, c’est qu’on a rarement le temps de demander avec politesse et respect aux 50 personnes dans le cadre si elles souhaitent y être…

Idem pour un reportage vidéo en plan-séquence, où l’on suit une personne et où toute la séquence doit être consciencieusement effacée sous la menace car un policier ou deux sont passés dans le cadre.

Il y a 12 ans et 1 mois

Merci pour ces retours d’expérience, c’est super intéressant.

Il y a 12 ans et 1 mois

évidemment et c’est comme ça que l’on pourra continuer a faire des photos sans trop avoir de problèmes mise a part dans les événements chaud où là les circonstances sont souvent différentes et il y a souvent beaucoup plus de facteurs qui entre en compte.

Il y a 12 ans et 1 mois

merci pour cette article très intéressant, c’est vrai que bien souvent je ne sais pas quelles photos j’ai le droit ou pas de diffuser … bien compliqué comme loisir/passion !

Avatar par défaut
Smirnofff
Il y a 12 ans et 1 mois

Débat intéressant, je vais rajouter ma petite pierre à l’édifice mais personnellement touché puisque fonctionnaire de police…

Alors en effet étant au service du public, lorsque nous sommes porteurs de notre tenue d’uniforme, rien n’interdit la prise de photo.
Mais plus que l’interdiction ou non, ce qui me choque c’est que personne ne parle de respect !

En effet si je suis pris en photo, la moindre des choses est de demander l’autorisation ! Je peux quand même douter de l’utilisation qui va être faite de la photo : je n’ai pas envi de me retrouver sur internet avec un titre insultant sur la photo par exemple.
Et oui, j’ai aussi une vie privée à coté de mon métier ! Savoir que ma photo circule sur internet peut me paraître gênant.
Le problème vient de la diffusion, ne pas savoir à quoi va servir la photo.

Le problème se pose d’autant plus lorsque nous sommes photographiés en intervention : la photo fige l’instant par définition, pas l’histoire qui mène à cet instant !
Le résumé devient alors rapidement facile, 3 policiers sur un individu : qu’est c’est ce qui va ressortire de la photo : la violence, alors que l’histoire qui mène à cette action est sûrement bien plus compliquée…

Pour finir la prise de photo du policier n’est que rarement positive, on cherche souvent à le dévaloriser et le critiquer, sans respecter l’homme derrière l’uniforme, ou chercher à comprendre…

En conclusion, respecter l’homme avant le policier, demander l’autorisation tout simplement.

Il y a 12 ans et 1 mois

Pour l’instant pas de soucis…. juste le même truc con que tu as eu à Notre Dame, on nous a demander de reculer derrière les barrières lorsqu’on a voulu prendre le Louvre en photo..

Avatar par défaut
.Kev
Il y a 12 ans et 1 mois

Ca me fair penser à une photo que j’ai (essayer) de faire sur la grand Place de Bruxelles pour le nouvel an 2008.
Pour info il y avait une « menace terroriste » avec comme seul menace visible des flics partout qui sautaient (au sens propre) sur des gens (jeunes venant de certain quartier..) n’ayant rien fait de mal que d’être en groupe et de chanter (vu de mes yeux)

J’ai donc voulu prendre une photo de l’arrestation violente d’un mec chopé au vol par 5 policiers.
Elle est floue car au moment de déclencher, un flic ma chopé par le coté donc c’est flou..

http://www.hiboox.fr/go/images/nature-decouverte/img-1071-1,35b92884290c9cef19d91b6bd77a2d1c.jpg.html

Il y a 12 ans et 1 mois

tout a fait d’accord, reste que lors de manif ou autre, je demande toujours aux forces de l’ordre presentes si je peux ou pas prendre des clichés et pourquoi je veux en prendre.

Lors des manifs anti CPE j’étais allé a la Sorbonne (hors manif) et demandé a prendre les dispositifs de protection de la fac et du quartier avec eventuellement des policiers et ils m’ont pas dit aucun soucis si c’est fait dans le respect des gens et de leurs fonctions. Pas de control d’id, ni des photos

L’automne dernier, pendant les manif de fonctionnaire, meme questions avant, et la par contre ceux a qui j’ai demandé ont refusé car récemment il y avait du des dégradations d’image et des fakes donc ils ne préféraient pas, meme si je n’étais pas responsable.

A New York, je demandais « visuellement » si c’etait ok, et la encore pas de soucis, par contre a staten island, j’ai eu le droit a la voiture de police a 30cm du genoux et le coup de sirene pour me faire décrocher du viseur ca je prenais un poste de police en photo (le truc ressemblait a une cabane de forains au couleur du NYPD). Au début assez cowboy sur pourquoi je prenais ca en photo, je me suis expliqué simplement et 1min apres le controle de mes photos (2 dudit poste et le reste de paysages diverses) et la prise de ma carte, l’atmosphère etait sympa, discutions sur la France pour eux et 2-3 questions de ma part. Idem a Belfast ou j’ai pu visiter un ancien casernement de l’armée anglaise en discutant avec les policiers locaux.

Concernant les « civils », généralement on me demande si c’est publié ou pas, pourquoi je prends X ou Y et de voir si les gens sont dessus. Le seul refus réel était tjs a NY, ou 2 gang de grapheurs se faisaient un mur, un a bien voulu que je prenne si c’etait ni copié ni publié dans des revues meme de graph (ils voulaient posté eux meme leurs photos, logique) et le second ne voulait pas du tout, ce que j’ai respecté ..

je touche du bois .. apres pour un personnage lambda je comprends pas le refus .. pour un policier si c’est pour se voir affublé de « etat assassin » ou insulte du genre je peux comprendre, reste que le dire poliment comme ils l’ont fait avec moi c’est mieux que : si tu bouges pas je te pete les genoux ..

Il y a 12 ans et 1 mois

que les gens ne souhaitent pas être « diffusés » n’importe-où, je comprends. mais j’avoue que ça me ferait bien c**** d’être plaqué au sol parcequ’on me prend pour un terroriste en repérage.

Il y a 12 ans et 1 mois

C’est un débat qui date chez nous : le droit à l’image qui s’est transformé en quelques année en droit à gagner de l’argent sur le dos des photographes de rue. J’ai d’ailleurs souvent posé la question du pourquoi aux gens qui ne voulait pas être photographier et jusqu’à présent, à part le sempiternel « Je fais ce que je veux avec mon image », je n’ai jamais eu de réponse (même pas vaseuse). Je pense que de nos jours, un gars comme Doisneau serait en prison.

Concernant les policiers, rien ne nous interdit en France de les photographier, ni même de publier leurs photo. Il y a pléthore de jurisprudence les concernant déboutant systématiquement les force de l’ordre qui sont photographiées pendant l’exercice de leur fonction. De même, il est maintenant établie dans la jurisprudence qu’on peut photographier des gens dans la rue et publier les photos dans la mesure où ça ne leur porte pas atteinte. Ce dernier point étant à la discrétion du juge, c’est plus ou moins aléatoire.

Il y a 12 ans et 1 mois

bonjour ^^
Moi c’etait lors d’une manifestation qui a finni en lacrymo, charge de crs ect…
un peut avant que ça « péte » un crs me regarde et m’interpelle en me hurlant dessus soit disant qu’il ma déja vue le matin (surement vrais ça a duré toute la journée ^^) et que si jamais je resté par ici avec mon apareille il me, je cite : « peteré la gueulle et l’apareil photo avec »
bon du haut de mes 16ans j’ai préférai m’ecarté mais j’ai quand meme demander un autre policié (plus gardé surement,costar ^^ ) et il ma dit que je n’avais rien a craindre tant que je ne prennai pas de photo des policié eu même.
Bon je sais que les action policiere sont assez complex a ce niveau la mais est ce que je doit vraiment faire gaff a ce que je fait ? et me tenir au plus a l’ecart ? (j’aime prendre des photo de manif ^^)

Il y a 12 ans et 1 mois

Très peu de problêmes en France avec des agents de sécu où gardien, même dans des lieux privés où je n’avait pas forcément l’autorisation, j’expliquai simplement que c’était un travail personnel non publié…
Mais la question des droit est très dure à traiter surtout pour ce qui est de la diffusion, et de la vente.

Par rapport au personne dans la rue par exemple j’ai eu quelques petits récalcitrants à ce que je les prenne en photo mais en général ca se passe plutôt bien quand même

Avatar par défaut
Lil Dadi
Il y a 12 ans et 1 mois

C’est normal que la sortie du D90 ne soit toujours pas sur le blog ??? Le blog est sponsorisé par CANON ou quoi ? lol

Il y a 12 ans et 1 mois

Plus généralement, j’ai juste envie de dire merde au droit à l’image…

Il y a 12 ans et 1 mois

C’est ridicule, ce genre de restrictions me sortent par les yeux ! Surtout ce que tu cites en dernier dans le parc de notre dame.
Moi je me fais souvent envoyer chier dans les magasins, je demande poliment en disant que c’est pour faire un article, et on me dit systématiquement non. On m’a dit que c’était pour éviter la copie de la déco, du concept, mais vu que ces magasins diffusent allègrement des photos pros de leurs boutiques dans la presse, je vois pas bien la différence.
J’avoue que les interdiction de photographier m’insupportent toujours car j’ai souvent du mal à en comprendre la raison.

Il y a 12 ans et 1 mois

En France, lors d’un événement public (tournoi national de l’association dans laquelle j’ai fait du bénévolat avant de partir pour l’Irlande), il m’est arrivé de faire des plans d’ensemble dans lesquels les agents de police apparaissaient.
Idem avec une caméra.

Dans les deux cas, je me suis retrouvé seul entouré par 5 gendarmes (armés, ça va de soi) occupés à scanner mes images et à effacer celles où ils se sentaient reconnaissables.

Bonjour l’ambiance…

Avatar par défaut
JoLaFrite
Il y a 12 ans et 1 mois

J’avais entendu pas mal de choses sur les histoires en angleterre…. j’avais vu une vidéo (mais y’a longtemps m’étonnerait que je retrouve le lien) d’un journaliste qui passait pour un touriste lambda et se faisait interdire de prendre des photos par un policier… et évidemment il poussait en insistant bien sur le « pourquoi ? » auquel le policier ne répondait pas (vu que niveau législation rien ne s’y oppose).

Sinon, on peut prendre l’exemple de Google avec sa vue street view. Ils ont laissé un bon moment les gens visibles dessus, parce que niveau législation ils avaient le droit (bon sauf qu’évidemment çà plaisait pas trop et il me semble qu’ils ont été contraint de les retirer)

Il y a 12 ans et 1 mois

Personnellement, je n’ai eu que très rarement des problèmes lors de mes reportages (sauf en Afrique, mais c’est pas vraiment la même chose).

Le seul soucis sérieux que j’ai eu, c’est un anglais dans le métro, qui voulait me taper parce qu’il pensait que je le prenais en photo (j’étais au téléobjectif et il n’était même pas dans le champ).

Mais à part ça, je pense que rester discret et courtois évite pas mal de problèmes.

Il y a 12 ans et 1 mois

Alors attention aussi à différencier espace publique (la rue, la campagne, …) et espace privée ouvert au public (la plupart des parcs, les gares, les musées, …). Dans le premier cas, on a le droit de prendre et de diffuser les photos, dans le second cas, sauf stipulation contraire, on a le droit de prendre des photos mais pas de les diffuser et on peut nous imposer de ne pas prendre de photo (mais ca doit être notifié dans un réglement plus ou moins accessible). Enfin, bref, la vie du photographe est complique.

J’ai eu pas mal de problème avec la police personnellement, j’ai été jusqu’à aller au poste ou me faire fouiller au corp. Mais ça n’a jamais été plus loin. En gros, c’est comme d’habitude, si tu la ramène, tu risques de te prendre un retour de baton, mais c’est la vie. Souvent, c’est arrivé parce que je suis tombé sur un policier mal luné…

Il y a 12 ans et 1 mois

Très intéressant, merci pour le lien 😉

Il y a 12 ans et 1 mois

Je suis plus que content qu’un avis comme le tiens intervienne, il est toujours intéressant d’avoir plusieurs visions.

En effet, je pense que « politesse » et « respect » sont les maitres mots pour faire de la photo sans s’attirer de problèmes.

Il y a 12 ans et 1 mois

Enfin! Merci.
* est restée cachée tout ce temps en attendant que tu réagisses pour – au moins – deux ;p *

Il y a 12 ans et 1 mois

Fais gaffe si tu fais des blagues de juristes on va se faire griller 🙂

Il y a 12 ans et 1 mois

C’est bien pour ça que je préfère te laisser parler. 😉

Il y a 12 ans et 1 mois

Un mot: prescription. 🙂

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser