Login
Adresse email
Mot de passe
Confirmez votre Mot de passe

Lense

Pete McBride : rencontre avec le photographe du silence

Rencontre avec Pete McBride, le photographe de nature qui, dans son livre Seeing Silence, a immortalisé les lieux les plus silencieux au monde. Retrouvez Seeing Silence par ici(Photo d’ouverture : © Pete McBride)

Nous vous présentions le travail de Pete McBride il y a quelques mois, alors que son livre Seeing Silence venait de paraître, en suscitant l’engouement du monde de la photographie environnementale. Le livre est une ode aux grands espaces et au silence, que McBride immortalise autour du monde. Nous avons tendance à considérer le silence comme l’absence de son, mais il s’agit en fait d’un espace vide qui nous permet, selon le photographe, d’entendre « les notes sublimes de la nature ». Dans un monde où la pollution sonore est omniprésente, McBride nous embarque dans les endroits les plus silencieux, les plus reculés, là où la nature résiste à notre passage.

Comment parvenez vous à photographier le silence ? Est-il même possible de « voir le silence » ?

J’ai photographié des endroits où règne un silence profond ou des sons naturels riches. Dans le livre, le silence est défini comme l’absence de sons mécaniques, ce qui fait que certains endroits sont très bruyants, avec les chants de la nature – pingouins, lions, etc. J’explique tout cela en détail dans les essais que j’ai écrits pour le livre. Je l’explique en détail dans les essais que j’ai écrits pour le livre. Katie peut partager ces essais si cela peut aider, car j’y réponds à cette question de manière beaucoup plus approfondie.

© Pete McBride
Photographier le silence est-il un acte de résistance à un monde acoustiquement pollué ?

Oui – c’est une autre façon de parler de la pression exercée sur les paysages – et les paysages sonores naturels.

Quel a été votre endroit préféré à photographier ?

Les endroits sauvages, éloignés et difficiles d’accès qui demandent un certain effort personnel sont toujours amusants, mais j’aime aussi rechercher une belle lumière dans mon arrière-cour.

© Pete McBride
Êtes-vous préoccupé par l’état environnemental de notre planète ? Comment pouvons-nous contribuer à la prise de conscience ?

Je suis très préoccupée – par le climat, l’eau, et notre déconnexion croissante avec la nature.
Je continuerai à faire de mon mieux pour rappeler aux gens l’urgence d’écouter la nature – et ce qu’elle a à dire si nous l’écoutons, mais je crains que nous ne réagissions et ne changions parfois que lorsque nous y sommes contraints.

Si nous ne changeons pas nos habitudes et continuons à demander trop à nos systèmes naturels, ils disparaîtront et la nature parlera en dernier, que nous le voulions ou non.

Vous écrivez que dans le silence, on peut entendre « les notes sublimes de la nature ». Qu’entendez-vous par là ? Qu’est-ce que le silence a à nous dire sur cette nature dont nous nous séparons tragiquement ?

Les notes sont les petits sons de la faune et des autres espèces qui ont besoin de communiquer comme nous pour survivre et si le paysage sonore est déjà bruyant, elles ne peuvent pas le faire.
Nous sommes tous connectés dans la toile de la vie et l’orchestre des sons (des notes sublimes – comme les cordes subtiles d’un violon ou d’une flûte). Si nous écrasons la musique, il n’y aura plus d’orchestre à un moment donné.

Source : Interview


commentaires

Ajouter le vôtre
Il y a 1 mois

Awesome and interesting article. Great things you’ve always shared with us. Thanks. Just continue composing this kind of post.

https://www.dgcustomerfirst.page/

Il y a 1 mois et 1 semaine

Le silence peut être si lourd à supporter ! Le vrai silence pèse sur l’âme, on s’entend vibrer

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Devenir Lenser